Début janvier 2021, l’historien Benjamin Stora a remis un rapport au Président de la République, sur « les mémoires de la colonisation et de la guerre d'Algérie».

Plutôt que de parler de « repentance », l’historien appelle la France « à reconnaître les discriminations et exactions dont ont été victimes les populations algériennes » en mettant en avant des faits précis. 

Pour Benjamin Stora, « la mémoire revêt un aspect concret, pratique, pas seulement un aspect idéologique de condamnation ». « Ce qui m'intéresse, c’est d’avancer sur chacun des dossiers, d’ouvrir des portes, sur les archives, les essais nucléaires, les cimetières, les harkis, le napalm, la torture, la panthéonisation de Gisèle Halimi, etc. Comment on fait pour savoir qui sont les disparus, comment on parle aux jeunes, qu’est-ce qu’on met dans les manuels scolaires sur la colonisation, quel rétablissement de vérité sur les assassinats ? »

Ici, un entretien de Benjamin Stora en septembre 2020

 

Nous vous proposons de (re)découvrir le fonds important de la Médiathèque sur le sujet.

 


OPAC Sélection de notices

 

La suite de la sélection "Histoire coloniale" ici


OPAC Sélection de notices

 

La suite de la sélection "Guerre d'Algérie" ici


OPAC Sélection de notices


OPAC Sélection de notices


 OPAC Sélection de notices

 

La suite de la sélection "Cinéma : documentaire et fiction" ici

Le carnaval de Venise devait se dérouler cette année du 6 au 16 Février 2021 mais, épidémie covid-19 oblige, il a dû être annulé.

Nous voilà donc obligés de remiser nos masques et costumes au fond de nos malles et armoires.

Encore une fois, le "produit miracle" pour contrer cette nouvelle déception reste le livre, qui pourra vous amener par les mots et/ou dessins dans les palais vénitiens, le long de la lagune, par une journée brumeuse ou une douce nuit d'été, à pied dans les ruelles ou sur l'éternelle gondole qui glissera sur les canaux.

Venise, version policière, romantique, historique, dessinée, Venise des souvenirs, inspiratrice, voici le programme de cette sélection voyageuse.

N'oubliez pas les gestes barrières, prenez votre masque de carnaval ! Masque

 -> L'actualité de Venise à écouter : Covid-19 : Venise se meurt sur France Culture

 


 Photo de Boris Ulzibat provenant de Pexels

 OPAC Sélection de notices

 

La suite de "Venise en romans" ici


 Venise nuit

 

OPAC Sélection de notices

 

La suite de "Noire Venise" ici


Arte de Kei Ohkubo 

OPAC Sélection de notices

 

La suite de "Venise dans la bande dessinée" ici


Venise enfants

OPAC Sélection de notices
 

En ces jours de commémoration de la libération des camps de concentration [ 27 janvier 1945 libération des camps d'Auschwitz-Birkenau ], la médiathèque vous propose :

- une sélection de films de fiction qui se déroulent pendant la seconde guerre mondiale

- ainsi que des films documentaires sur les différents camps de concentration et/ou d'extermination.


 OPAC Sélection de notices

 

Et pour avoir toute la sélection des films de fiction "La guerre 39-45 | au cinéma", cliquez ici !


 

 OPAC Sélection de notices

 

La suite de la sélection 39-45, films documentaires ici

" Dans l'atelier de..." est l'occasion de faire plus ample connaissance avec un.e auteur.e. Aujourd'hui, nous allons à la rencontre de Lisa Balavoine.

Les Fauves

Ce week-end aurait traditionnellement dû avoir lieu le grand rendez-vous annuel de la bande dessinée : le Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême et sa remise de 12 prix, les Fauves d'Angoulême, dans 12 catégories différentes qui couronnent des bandes dessinées publiées l'année passée.

Le plus prestigieux prix est le Fauve d'Or, prix du meilleur album, que l'on pourrait quelque part comparer à une palme d'or cannoise, un césar du meilleur film, ...Mais d'autres prix sont tout aussi intéressants, et permettent de mettre en avant de belles pépites ! Nous pensons notamment aux Prix de l'audace, au Prix Révélation, ou bien encore au Fauve des lycéens, dont le jury est composé de lycéens tirés au sort. Vous trouverez ici les différentes sélections officielles.

Les sélections de l'année 2020

Si son édition physique est repoussée du 24 au 27 juin prochain, les prix ont été  attribués ce vendredi 29 janvier à 18 heures sur France Inter. Retrouvez tout le palmarès ici !

Vos bibliothécaires ont eu le nez fin, ils ont acquis une grande partie de la sélection tout au long de l'année. Rendez-vous dans les onglets ci-dessous pour découvrir les œuvres et les auteurs nominés, et vous faire votre avis.


OPAC Sélection de notices

 

 

Et bientôt à venir dans votre médiathèque, des coups de cœur qui ont particulièrement attiré notre attention, et que l'on a hâte de vous faire découvrir  :

 

Couverture de la bande dessinée jeunesse " Le discours de la panthère " de Jérémie Moreau

Couverture de la bande dessinée "Battue" de Lilian Coquillaud et Marine Levéel

Couverture de "Les jardins de Babylone" de Nicolas Presl

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Fauves des années précédentes

Les titres en compétition cette année que vous vouliez découvrir sont empruntés ? Et pourquoi ne pas se replonger dans les albums, mangas, comics, et romans graphiques primés les années précédentes ?

Voici une sélection d'albums primés ou d'autres bandes-dessinées des auteurs primés :

OPAC Sélection de notices

Le Festival d'Angoulême décerne aussi, depuis 1980, un prix de la bande dessinée alternative. Alors, si vous avez envie de sortir des sentiers battus, et de découvrir les prochaines tendances et sensations de la bande-dessinée internationale, rendez-vous .

 

La BD s'expose....Dans les gares d'Ile de France

Pour vous permettre de voir les oeuvres sélectionnées autrement, la SNCF et le FIBD ont mis en place des expositions temporaires dans toutes les gares de France accessibles gratuitement, jusqu'à la mi-février. Pour découvrir celles des gares parisiennes c'est par ici, et pour celles de la région parisienne c'est par là.

 


OPAC Sélection de notices

 

Et bientôt à venir dans votre médiathèque, des coups de cœur  qui ont particulièrement attiré notre attention, et que l'on a hâte de vous faire découvrir  :

 

Couverture de la bande dessinée jeunesse " Le discours de la panthère " de Jérémie Moreau

Couverture de la bande dessinée "Battue" de Lilian Coquillaud et Marine Levéel

Couverture de "Les jardins de Babylone" de Nicolas Presl

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Fauves des années précédentes

Les titres en compétition cette année que vous vouliez découvrir sont empruntés ? Et pourquoi ne pas se replonger dans les albums, mangas, comics, et romans graphiques primés les années précédentes ?

Voici une sélection d'albums primés ou d'autres bandes-dessinées des auteurs primés :

OPAC Sélection de notices

Le Festival d'Angoulême décerne aussi, depuis 1980, un prix de la bande dessinée alternative. Alors, si vous avez envie de sortir des sentiers battus, et de découvrir les prochaines tendances et sensations de la bande-dessinée internationale, rendez-vous .

 

 La BD s'expose....Dans les gares d'Ile de France

Pour vous permettre de voir les oeuvres sélectionnées autrement, la SNCF et le FIBD ont mis en place des expositions temporaires dans toutes les gares de France accessibles gratuitement, jusqu'à la mi-février. Pour découvrir celles des gares parisiennes c'est par ici, et pour celles de la région parisienne c'est par là.

 

 

 

Un sujet de société....

Alors que le projet de loi contre les souffrances des animaux doit à nouveau être débattu aux parlements, faisons le point sur sa diffusion dans la littérature de jeunesse qui, une fois encore, se fait l'écho des questions de société. Si ce sujet peine à trouver sa place au calendrier parlementaire, vous pouvez néanmoins vous pencher sur  la proposition de loi relative aux conditions de vie des animaux sur La Chaine Parlementaire. Un petit historique législatif complétera cette approche contemporaine du sujet, par là.

...présent dans la littérature de jeunesse

Comme souvent, la société n’attend pas la loi pour évoluer ! De nombreux livres pour enfant abordent ce sujet depuis quelques années maintenant. Rappelons quand même que la thématique des animaux n’est pas tellement novatrice dans la littérature jeunesse - citons « Pourquoi il ne faut pas habiller les animaux » de Judi et Ron Barrett en 1971 ou « Crictor » de Tomi Ungerer en 1980 - ce qui l’est davantage, c’est le point de vue empathique, sensible avec lequel la littérature aborde aujourd'hui le sujet.

Précurseurs, quelques livres impertinents mettent les pieds dans le plats: Mathis, avec « la Planète des animaux » en 2012, met en scène une société d’humains vivant sur Terre comme des animaux (son personnage de Boris alors que la série n’a que 2 ans et ne connais pas encore le succès d’aujourd’hui). Cette inversion des rôles se retrouve également dans "Empreintes" de Nicolas Bianco-Levrin ou plus récemment dans l'album sans texte « Chasseur de dents » du Coréen Cho Won-Hee. C’est violent, et ça fait grincer des dents!

Et comme souvent dans les bons livres d’images, plusieurs sujets s’entremêlent. Ils susciteront probablement de nombreuses questions de la part des enfants, et autant vous préparer tout de suite, ce ne sera pas toujours facile d’y répondre… mais éveiller l’esprit critique, participer aux débats de la société, puiser des avis pour se construire le sien propre… Nous avons de grands projets pour vos enfants !

Pour les plus jeunes,

on trouvera des livres d’observations du comportement animalier qui renvoie au comportement humain. Il sera essentiellement question de l'amour filial, des situations d'intimité et de complicité qui mettent en lumière l'attachement et l'attention des êtres qui se rapprochent.

Pour les enfants un peu plus grands,

on proposera des livres qui évoquent la compassion, aux personnages anthropomorphes parfois.  Dans "Adieu Chaussette", l’enfant trouve qu’un compagnon animalier (et surtout un lapin) ça fait trop bébé… il l’attache à un arbre dans un bois et part. Tout au long du chemin du retour, son acte lui parait de plus en plus sordide, et il se met à s’inquiéter du devenir du petit Chaussette.. Il rebrousse chemin, mais le lapin à disparu, de même que le fil de laine qui le tenait en laisse…

Les enfants découvriront aussi que vouloir prendre soin d’un animal sauvage, c’est aussi ne pas respecter leur nature sauvage comme dans "Tigre" de Jan Jutte ou "Un nom de bête féroce" de Marine Rivoal. Dans « Hortensia », Marie Chartres et Jean-Luc Englebert déconstruisent les idées reçues. Le chien attaché supplie tous les animaux qui passe de le libérer mais sa voix effraie. L'unité faisant la force, à plusieurs, ils dépasseront leur peur et libéreront Hortensia.

Pour les aînés,

on apprend, dans des albums bienveillants, qu'il est humain d'être parfois acculé à un comportement qui manque d’empathie. On a le droit de changer d’avis… ou pas ! Le comportement consommateur est clairement pointé dans « Viens Emile, on rentre à la maison » d’Hans Texler. Ici, isolée, en situation d'extrême pauvreté, une vieille femme se résout à manger son cochon. Arrivée à l’abattoir, elle rebrousse chemin. Il est aussi question de solidarité. D'autres albums prônent l'indulgence pour ceux qui pensent ne pas avoir le choix que de traiter les animaux comme des bêtes. Il est donc aussi parfois question de régime alimentaire…

 

 

 

OPAC Sélection de notices

 

Voir la suite de la sélection

Avec Niouz, retrouvez nos dernières acquisitions que ce soit en romans français ou traduits, en essais, mémoires ou études sur l'auteur. Vous pourrez même y retrouver quelques documents rachetés !

La Médiathèque vous propose de découvrir chaque mois un film documentaire de la plateforme Les Yeux doc de la BPI

Ce mois-ci, nous vous proposons de découvrir les réalisateurs Élise Florenty, Marcel Türkowsky que nous mettons à l’honneur et leur film Don't Rush

Quelques informations sur ce film à retrouver : Don't Rush

2020, 53 minutes

«Don’t Rush» nous invite dans une chambre vaporeuse pour prendre le temps d’écouter l’émission de Giannis, dédiée au Rébétiko, musique née dans les banlieues pauvres d’Athènes dans les années 1910, composée par des exilés grecs revenus de Turquie. Depuis cette chambre dont nous ne connaîtrons jamais l’issue ou l’agencement exact, s’élève la voix du jeune homme, éclairant les musiques d’histoires et les enveloppant des nappes du haschich. Dans la pièce, un garçon dort, un autre écoute assis dans un coin. Tous les angles sont bons pour regarder ceux qui écoutent. Le film est brumeux, les hommes qui l’habitent apparaissent et disparaissent dans des éclats de corps, des reflets, des ombres. Le fil continu est celui des voix et de la musique. Ce n’est pas un Rébétiko assagi qui défile, les chants parlent d’amour, de départs, de drogues, de flics, de sabotages, et les pirates de la radio se reconnaissent. Vivre libre, aimer, fumer quitte à se frotter à l’illégalité. Les paroles s’appliquent à tout contexte. Celui de Giannis est particulier. Il y a Athènes qu’il oublie parfois de rejoindre, il y a un procès bientôt, et il y a ces hommes et ces femmes qui tentent d’arriver par ici et que l’on empêche d’entrer. Exilés d’aujourd’hui, ils ont peut-être un autre Rébétiko caché sous leur manteau. Les histoires des chanteurs sont les leurs. Se traîner, prendre le temps d’écouter, le haschich ralentit l’esprit et les corps pour laisser de côté la crasse du monde - «Jette-moi dans la mer profonde» - sans jamais en noyer les douleurs. (extrait du catalogue Cinéma du réel 2020).

 

Enfin, les œuvres de la rentrée littéraire font l'objet de nombreux autres thèmes, parmi lesquels :

 

-> la nature, le monde rural, le vivant 

OPAC Sélection de notices

 

-> les fantômes du passé

Passé

 

OPAC Sélection de notices

 

 

-> la politique et les mouvements sociaux, dans une veine réaliste...

 

Politique

 

 

OPAC Sélection de notices

 

-> ...ou dystopique 

OPAC Sélection de notices

 

-> l'art

 

Art art. complet

 

OPAC Sélection de notices

 

-> le sens de la vie

 

Sens de la vie

 

OPAC Sélection de notices

 

 -> ...et enfin la mort, réelle ou spirituelle...

 

La mort

 

 

OPAC Sélection de notices

 

Nous avons tous hâte que les cinémas ré-ouvrent leurs portes et puissent à nouveau proposer des oeuvres cinématographiques sur leurs écrans. Vous trouverez ci-dessous une sélection de films de fiction et de films documentaires où tous les professionnels qui font que le film puisse se faire, ainsi que les salles de cinéma et les cinémathèques, sont à l'honneur !

Belles (re)découvertes !

OPAC Sélection de notices

 

La suite de la sélection Cinema, cinémas ici

 

Eprouver la différence sociale, de « réussite », affective… et par suite la solitude est l’un des thèmes récurrents des romans de cette rentrée.

La différence… ce peut être la solitude et le désert affectif dans un monde où la vie amoureuse est valorisée (Le cœur synthétique, Chloé Delaume) ; la culture, l ‘émancipation et l’affection d’une famille bourgeoise à l'inverse de l’insupportable tante et de la modestie du milieu qui étouffent et effraient (Les évasions particulières, Véronique Olmi, Un jour ce sera vide, Hugo Lindenberg) ; le retard d’apprentissage d’un enfant dans une famille où règne le culte de la performance et de la réussite (Un enlèvement, François Bégaudeau) ou encore le changement de sexe de son père, pour un adolescent (Mon père, ma mère, mes tremblements de terre, Julien Dufresne-Lamy)…

La rencontre de deux êtres « différents » peut cependant les conduire à évoluer, à se construire et à grandir (Les aérostats, Amélie Nothomb).

Les romans de la médiathèque : 

OPAC Sélection de notices