La Médiathèque vous propose de découvrir chaque mois un film documentaire de la plateforme Les Yeux doc de la BPI

Ce mois-ci, nous vous proposons de découvrir la réalisatrice Anna Roussillon que nous mettons à l’honneur et son film Je suis le peuple 

Cliquez ici pour voir le film

Quelques informations sur ce film à retrouver : Je suis le peuple

2014, 111 min

Anna Roussillon, qui est arabophone et a passé son enfance au Caire, se rend en 2009 en Égypte pour un projet de film. Sur un repérage, elle rencontre Farraj, un paysan qui exploite ses terres et vit avec sa femme et ses enfants dans un village près de Louxor. L’idée de réaliser un film autour de Farraj et de son entourage se précise quelques mois plus tard. Les premières manifestations de la place Tahrir, qui signent le début de la révolution égyptienne fin janvier 2011, confortent le projet. Tandis que les caméras affluent au Caire, Anna va poser tranquillement la sienne au bord des champs, dans le village et dans la maison de Farraj où trône un téléviseur constamment allumé, porteur de ces images inouïes de la colère populaire que tout le monde ausculte et tente de décrypter. Par le truchement de sa caméra, par son écoute attentive, Anna fait de Farraj un homme qui se met à exister, à réfléchir, à chercher à comprendre, qui n’est plus simplement un paysan buriné par le soleil, plié en deux dans les rizières, laborieux. Il devient actif, concerné par les événements de son pays, dont pourtant on ne voit quasiment aucun écho, si ce n’est un surcroît de pénurie, à Louxor. Pour donner cette formidable leçon, dont on retirera que la démocratie est un long, très long cheminement, Anna Roussillon n’a pas fait appel à de doctes intervenants. Elle est restée dans ce monde paysan chaleureux, vivant à leur rythme, montrant leur quotidien et les profondes répercussions que la situation politique troublée a engendré dans les cœurs et les esprits.

OPAC Recherche Simple

Lorsqu’on commence à lire seul, on n’a plus forcément envie de lire les livres qu’on lisait lorsqu’on était plus petit. Et en même temps, cela peut faire un peu peur de se jeter à l’eau car c’est parfois difficile de se repérer dans les collections. Pas de panique, voici quelques conseils  pour plonger dans le grand bain de la lecture en solo. Cette liste loin d'être exhaustive, vous donnera quelques repères.

A la médiathèque, on appelle « premières lectures » les livres pour les lecteurs débutants. Vous ne pouvez pas louper ces premières lectures car elles sont à l’entrée des romans pour les plus grands, présentées de face et distinguées par une pastille jaune.

Ce rayon propose en effet une sélection de livres adaptés aux lecteurs débutants (6- 8 ans). On y retrouve bien évidemment l’incontournable collection Mouche de l’Ecole des Loisirs et aussi la toute nouvelle collection Moucheron de ce même éditeur qui s’adresse aux lecteurs encore plus jeunes.

 

OPAC Sélection de notices

 

En réalité, il existe de nombreuses collections dédiées aux lecteurs débutants. On peut même dire que les premières lectures ont le vent en poupe depuis quelques années puisque presque toutes les maisons d'édition jeunesse en proposent. On peut citer par exemples Casterman avec deux séries phares : « Marius le chat » et  « Marcel le cowboy » ou Nathan avec sa collection Premiers romans.

 

OPAC Sélection de notices

 

On peut penser aussi aux premiers romans édités par Little Urban avec entre autres les séries « Barkus », « Professeur Goupil » ou « Charlie et Ouistiti » mais aussi d'autres titres de cette collection. On peut conseiller aussi la collection Petite poche des éditions Thierry Magnier avec certains titres qui s'adressent aux plus jeunes.

 

OPAC Sélection de notices

 

Il existe aussi la collection Ginko du tout jeune éditeur Voce Verso qui, après avoir commencé à publier de l'album sans texte, s'est lancé dans l'aventure du premier roman, avec notamment le très remarqué "Un chien comme ça" de Céline Claire et Clémence Pollet.

 

OPAC Sélection de notices

 

 

Certains éditeurs font quelques incursions dans le genre, c’est le cas de Mémo avec les Petites polynies, collection éphémère des éditions Mémo. C'est le cas aussi de Les Fourmis rouges, qui proposent à leur catalogue des titres qui s'apparentent aux premiers romans sans en avoir pourtant l'appellation. On pense notamment à l'hilarante série "Dolorès Wilson". Idem pour les éditions Hélium qui ont quelques titres qui amènent vers la lecture sans être rattachés à une collection portant le nom de "première lecture". On pense aussi à certains titres des éditions Grasset jeunesse qui ont l'allure du roman et le contenu sans avoir le nom de première lecture.

 

OPAC Sélection de notices

 

Bref, il y a largement de quoi faire pour trouver son bonheur ! Et, n'hésitez pas à demander conseil à votre bibliothécaire qui saura sans nul doute vous guider sur le chemin de la lecture en solo.

 

 

 

Réalités cauchemardesques, utopie... La littérature d'anticipation et la science-fiction ont toujours été un terrain de choix pour parler et réinventer les rapports de pouvoir qui habitent et animent une société. Voici un tour d'horizon thématique pour vous permettre de découvrir ce qui existe dans les rayons de la Médiathèque.

 

La Lutherie Urbaine 9.3 est un lieu incontournable à Bagnolet. Dédiée à la création musicale et à la construction d’instruments à partir de matériaux de récupération et/ou d’objets détournés, la Lutherie est au coeur de nombreux projets  créatifs dans les domaines éducatifs et sociaux.

Interview d'Alain Guazzelli sur France musique le 27 février 2021

 

Quand les artistes chantent en famille... Découvrez notre série de playlists !

La première est consacrée aux duos entre les papas et leurs filles.

Suivront les mamans et les papas et leurs fils, les frères et soeurs, les couples et pour finir les "tribus" !

 

 

Comment êtes-vous devenue autrice ?

En 1995 j’ai abandonné ma maitrise d’histoire de l’art sur les sirènes dans l’art moderne pour écrire un roman sur des vampires. J’ai acheté une machine à écrire et j’ai écrit pendant deux ans cette histoire qui se déroule au 19ème siècle. Un ami m’a encouragée à envoyer le manuscrit par la poste à une dizaine d’éditeurs. Trois ont répondu positivement, le premier était Serge Brussolo, alors directeur de collection chez Denoël.

 

Pourquoi avez-vous fait le choix de vous adresser au jeune public ?

J’ai longtemps écrit pour les adultes et puis j’ai eu envie d’écrire une histoire pour ma fille. Une série pour les 8-12 ans est née : SILENCE. Elle m’a fait rencontrer le public jeunesse. Mes derniers romans, publiés chez Thierry Magnier plaisent autant aux jeunes qu’aux adultes. J’adore ce format, qui me permet d’aborder tous les thèmes que je veux et me permet de rester en contact avec le public que je préfère : vous les jeunes.

 

Avez-vous un auteur ou une autrice de référence ?

Il y en a beaucoup, mais si je devais en garder deux aujourd’hui je dirais Stephen King et Richard Wagamese.

 

Quelles sont vos sources d'inspirations ?

Elles sont multiples. La vie, la littérature, les voyages, les rencontres, les films, les articles de presse…

 

Comment naissent et se développent vos projets ?

Silence est née de l’envie de raconter une histoire à ma fille. Sept jours pour survivre est né en retapant la cabane de mon jardin pour en faire mon bureau d’écrivain. Sauvages est né de mes recherches sur l’histoire des autochtones du Quebec. Comme vous le constatez, c’est très varié.

 

Un souhait à réaliser et/ ou une envie de collaboration ?

J’aurais aimé rencontrer Richard Wagamese, malheureusement c’est trop tard. J’aimerais retourner au Quebec et m’immerger en terre autochtone. J’attends que la situation sanitaire s’améliore.

 

Pouvez-vous nous dire un mot de vos projets en cours ?

J’écris un roman d’anticipation en deux tomes. Il s’intitule EREMOS et le premier tome sortira en aout 2021. 

 

Vous pouvez découvrir sur le blog Jeune et je lis, le portrait de lectrice de Nathalie Bernard.

et les articles sur ses romans :

-Sept jours pour survivre 

-Le dernier sur la plaine 

-D.O.G

OPAC Recherche Simple

 

A découvrir aussi, les chansons inspirées du roman de Nathalie Bernard "Le dernier de la plaine".

C'est ICI
 

Après la proposition de film de la plateforme Images de la culture du CNC, puis celle de la plateforme Les Yeux doc, retrouvez les films de fiction et films documentaires concernant l'Italie.


OPAC Sélection de notices

Pour découvrir tous nos films italiens, cliquez ici


 OPAC Sélection de notices

Pour découvrir tous nos films sur l'Italie, cliquez ici

Sortez vos plus beaux habits, votre chapeau, pourquoi pas vos chaussures d’été? Choisissez un code couleur. Suspendez des rubans multicolores aux tringles pour customiser vos rideaux, dépoussiérez les verres à pieds pour boire le jus de cerise… Faites de l’anniversaire de votre enfant un moment extraordinaire, même sans inviter une ribambelle de copains jouant aux indiens autour de la table du salon.

 

Anniversaire épater Inside

 

Une sélection de livres de recette en tout genre

Version contes de fées pour les plus habiles pâtissiers ou pièces-montées en assemblages de biscuits tout-prêts, vous trouverez, dans cette sélection d’idées, de quoi en jeter plein la vue à vos bambins et faire de cet anniversaire covid-friendly, l’un des plus mémorables !

 

Côté décoration, choisissez la taille XXL

Vous pouvez vous le permettre : avec ces objets de récupération, vous n’aurez aucun scrupule à reprendre possession du salon et à tout démonter, une fois la fête terminée ! Epatez-les avec une cabane, ou pourquoi pas, un château !

 

Faites monter l’impatience avec notre sélection d’histoires d’anniversaire 

A lire ou diffuser comme un calendrier de l’avent, une chaque soir, l’attente sera à son comble ! Tous les enfants ont le droit de se sentir être le roi… C’est une fois par an, on ne va pas leur retirer ça ! Pour marquer ce jour du début d’une nouvelle année, et apprécier comme il/elle a bien grandi, relisez "l’Anniversaire de Scarlett", pour se souvenir comment c’était lorsqu’il/elle avait 1 an, ou en avoir 4 avec Boris « j’ai 1an+1an+1an+1an ». Profitez de ce moment hors norme pour lui permettre d’appréhender la quantité de connaissances qu’il/elle a accumuler… et laissez s’immiscer quelques questions philosophiques. Votre enfant est merveilleux, c’est le moment de faire une pause dans la frénésie du quotidien, sortir un peu de la rivière du temps qui s’écoule et de le lui rappeler !

 Anniversaire gateau Inside


OPAC Sélection de notices


 OPAC Sélection de notices

La Médiathèque vous propose de découvrir chaque mois un film documentaire de la plateforme Les Yeux doc de la BPI

Ce mois-ci, nous vous proposons de découvrir le réalisateur Gianfranco Rosi que nous mettons à l’honneur et son film Fuocoammare, par-delà Lampedusa

Cliquez ici pour voir le film

Quelques informations sur ce film à retrouver : Fuocoammare, par-delà Lampedusa

2016, 109 min

Lampedusa, petite île italienne de la Méditerranée, nichée entre la Sicile et la Tunisie, a vu passer beaucoup de caméras depuis le tragique naufrage d’un bateau de migrants au large de ses côtes en octobre 2013. Gianfranco Rosi y débarque muni d’une commande de l’Istituto Luce de Rome et d’un point de vue très différent de celui des médias : raconter la vie de l’île et de ses habitants parallèlement à celle des migrants, mêler ces deux mondes très proches et pourtant imperméables l’un à l’autre.Fidèle à sa conception du cinéma, Rosi apprivoise doucement les lieux et les gens, sans filmer dans un premier temps. Une fois lancé, le tournage peut durer jusqu’à un an et demi : dix-huit mois pour attendre la lumière juste, la situation juste, pour que les personnages soient à l’aise, pour qu’enfin il se passe quelque chose. Les personnages symboliques de "Fuocoammare" (littéralement la mer en feu) sont un jeune garçon et un médecin. Samuele, douze ans, aime lancer des pierres sur les oiseaux avec sa fronde et se prépare vaille que vaille mais non sans difficultés à devenir marin, comme tous les hommes de sa famille. Le docteur Martino, l’unique médecin de l’île, soigne avec bienveillance les Lampedusiens et consacre aussi beaucoup de son temps à la visite des morts en mer, les noyés. Partager la vie quotidienne et les activités de Samuele entraîne le spectateur bien loin de la triste réalité de Lampedusa, dans l’univers de l’enfance et de l’innocence. C’est cette bouffée d’air frais, cet enfant inconscient de l’ampleur de la catastrophe qui permet au réalisateur de montrer, entre ciel et mer, des images terribles de la lutte inhumaine, du combat inégal contre les éléments que livrent les migrants à bord de leurs embarcations précaires. Au large, à quelques encablures de l’île de Samuele et tandis qu’il dort, résonnent les messages de détresse des migrants, leurs cris, leur peur, leur souffrance.

Retrouvez tous les films de Gianfranco Rosi dans nos collections

OPAC Recherche Simple


 OPAC Sélection de notices