La Médiathèque vous propose de découvrir chaque mois un film documentaire de la plateforme Les Yeux doc de la BPI

Ce mois-ci, nous vous proposons de découvrir le réalisateur Roberto Minervini que nous mettons à l’honneur et son film What You Gonna Do When the World's on Fire ?

Quelques informations sur ce film à retrouver : What You Gonna Do When The World’s on Fire ?

2018, 123 minutes

Comme nombre de documentaristes, Roberto Minervini a developpé des affinités électives avec un pays, une région, une population, qu’il a découverts en tant qu’étranger. Souvenons-nous de Jean Rouch au Niger ou de Louis Malle en Inde, le cinéaste italien a quant à lui choisi le Sud des États-Unis, entre Texas et Louisiane. Il a réalisé en quelques années une oeuvre dédiée aux laissés-pour-compte de l’Amérique, qui oscille entre fiction et documentaire, celui-ci semblant prendre l’avantage au fil du temps comme si les hommes et les femmes croisés en chemin, avec leurs doutes, leur colère, leurs vies bricolées et leur beauté aussi, avaient rendu inutile et vain le travail factice de recréation du réel, du vivant, du présent. La gestation de "What You Gonna Do..." est un parfait exemple de la méthode empirique de Minervini, dont le projet initial était de creuser les origines de la musique afro-américaine et son rôle dans la lutte pour les droits des Noirs.

Retrouver les autres films de Roberto Minervini dans nos collections

 

La Médiathèque aurait dû participer au Mois du film documentaire qui a lieu chaque mois de novembre, si le coronavirus ne nous avait pas empêchés de nous réunir pour regarder des films ensemble et rencontrer des réalisateurs.
Nous avions travaillé sur une programmation intitulée "Le vrai du faux" et nous avions, à cette occasion, fait une sélection de films sur le sujet des fake-news, de la désinformation sur internet et dans les médias. Comme cela reste toujours d'actualité et qu'il faut toujours rester vigilant, là voici !

OPAC Sélection de notices

 

Découvrez notre playlist des nouveautés en Rock - Electro - Rap !

 

Et n'hésitez pas à réserver les albums qui vous intéressent !

 

OPAC Sélection de notices

 

 

" Dans l'atelier de..." est l'occasion de faire plus ample connaissance avec un.e auteur.e. Aujourd'hui, nous allons à la rencontre de Coline Pierré

 

Coline Pierré pourriez-vous nous raconter comment vous êtes devenue autrice ?  J’écris depuis l’enfance. Quand j’avais 10/11 ans, j’écrivais des histoires avec une bande de copains, au collège de petits romans. Adolescente, j’ai tenu des journaux intimes, des blogs, écrit des centaines de chansons, un récit, des nouvelles… J’ai commencé des tas de romans, mais j’abandonnais au bout de quelques chapitres. Je n’avais pas vraiment conscience qu’écrivain était un « vrai métier », mais je savais en tout cas que je voulais un travail en lien avec l’écriture, parce que ça a toujours été pour moi une manière plus facile de m’exprimer que l’oral. Quand je parle, je perds mes mots, je bafouille, je suis intimidée, j’ai beaucoup de mal à débattre par exemple, alors que quand j’écris, c’est comme si mes idées se mettaient en place, qu’elles se rangeaient toutes seules.  J’ai donc pensé faire du journalisme, et puis je suis devenue rédactrice. Au bout de quelques années, j’ai commencé à me dire que je n’avais pas envie de faire ça toute ma vie, et je me suis remise plus sérieusement à écrire de la fiction.

 

Pourquoi avez-vous fait le choix de vous adresser au jeune public ?  Au départ, c’est presque un hasard. Je ne lisais plus vraiment de littérature jeunesse et quand j’écrivais c’était plutôt, dans ma tête, à destination des adultes. Mais un jour une idée m’est venue et il était évident que ça n’allait pas vraiment intéresser des adultes (un enfant qui veut apprendre à ronronner). Alors je me suis mise à écrire ce texte en me disant « pourquoi pas la jeunesse après tout ? », d’autant que je n’arrivais toujours pas à aller au bout de mes projets « adultes ». J’ai eu la chance de trouver une maison d’édition qui a accepté de le publier. Ça m’a permis de redécouvrir la littérature jeunesse et ado, et de me rendre compte que j’adorais ça, que j’adorais parler aux enfants, que c’était un lieu hyper créatif, et surtout que c’était l’endroit où je me sentais vraiment à ma place.

D’une certaine manière, je crois que ça faisait un pont parfait entre mon envie d’écrire et mon goût de la transmission (j’avais à de nombreuses reprises envisagé de devenir prof ou institutrice mais je ne m’imaginais pas avec une classe toute l’année).

 

Avez-vous un auteur ou une autrice de référence ?  J’ai une tendresse particulière pour Roald Dahl et pour Boris Vian, car ce sont tous deux des auteurs très vastes. Roald Dahl écrit en jeunesse et en adulte, Boris Vian a fait des romans, du théâtre, des chansons, de la musique, des chroniques, de la poésie… Ils ont une pratique et une conception de la littérature qui est dans la recherche et l’expérimentation, ils sont dans une gourmandise très enfantine, s’autorisent à mélanger les genres et les arts, à aller vers toutes sortes de disciplines, et puis ils ont une écriture très accessible, poétique, drôle, très inventive, fantaisiste, politique. Ce sont des enfants dans des corps d’adulte. Je me sens proche de leur façon d’envisager le métier d’écrivain.

J’aime aussi énormément la poétesse Sylvia Plath qui me touche beaucoup dans sa langue et son rapport au monde (désespéré, critique, féroce, poétique…)

 

Quelles sont vos sources d'inspirations Rien en particulier mais tout en général ! Je travaille très peu à propos d’événements historiques, de faits réels ou de faits divers, j’aime plutôt partir de mon imaginaire. Et pour nourrir mon imaginaire, je lis, je regarde des films et des séries, j’écoute les autres, mes proches, ma famille, des inconnus, mon propre ressenti, je puise partout autour de moi. Plus généralement, j’essaie de poser un regard sur le réel qui viendrait en extraire et en décaler certaines de ses étrangetés, ses contradictions, ses problèmes…

 

Comment naissent et se développent vos projets Il y a toujours une idée qui m’accroche au départ, un sujet, une phrase, une situation, un personnage… Une idée qui me vient un jour et qui m’enthousiasme beaucoup, qui éclaire quelque chose, qui résonne, alors je la note dans un coin de carnet et puis je la laisse traîner parce que je n’ai pas forcément l’esprit disponible pour la développer tout de suite. Et puis j’aime bien laisser infuser les idées, ça permet de voir si elles sont plus ou moins bonnes. Alors j’y reviens de temps en temps, parfois ça me semble sans intérêt quelques semaines plus tard,  ou je ne comprends même plus ce que je voulais dire, et d’autres fois une idée va commencer à se cristalliser dans un coin de mon esprit et ne plus le quitter. J’y pense en prenant ma douche ou en lisant un livre, je prends quelques notes par-ci par-là. Et à un moment je sens que c’est le bon moment, que c’est maintenant, que j’ai envie de démarrer ce projet-ci alors je me lance !

 

Un souhait à réaliser et/ ou une envie de collaboration ? Je suis en train de créer une lecture avec un danseur, j’espère qu’elle verra bientôt le jour ! J’aimerais beaucoup écrire des chansons, faire de la bande dessinée et pourquoi pas un scénario de film. (Comme je disais : j’ai une conception gourmande de la création :-))

 

Pouvez-vous nous dire un mot de vos projets en cours  Je viens de terminer un livre de littérature générale, une fiction qui met en scène la poétesse Sylvia Plath dans une vie qu’elle aurait pu avoir si elle ne s’était pas suicidée à 30 ans. J’espère qu’il paraître en 2021.

J’ai aussi participé à un recueil de nouvelles jeune adulte, « Elle est le vent furieux » où il est question d’un vengeance de la nature. Le projet a été initié par l’écrivaine Marie Pavlenko et le livre sort en janvier chez Flammarion Jeunesse. Je travaille donc aussi en ce moment sur ce projet de lecture dansée et sur quelques albums jeunesse en collaboration avec des illustrateur·ices, et je commence à réfléchir à une nouvelle idée de roman pour adolescents.

 

Merci beaucoup Coline d'avoir répondu à nos questions !

Pour découvrir le "portrait de lectrice" de l'autrice. C'est sur notre blog Jeune et je lis et c'est ici 

 

OPAC Sélection de notices

 

 

 

 

 

 

Retrouvez des sélections thématiques de livres documentaires acquis en 2020. N'hésitez pas à cliquer sur les différents onglets pour faire des découvertes ! Et pour réserver les documents, il suffit de cliquer sur "Réserver" disponible sous chaque vignette.

 


 OPAC Nouveautés


 OPAC Nouveautés


 OPAC Nouveautés


OPAC Nouveautés


 OPAC Nouveautés


 OPAC Nouveautés


 OPAC Nouveautés


 OPAC Nouveautés

OPAC Nouveautés

OPAC Nouveautés


OPAC Nouveautés


 OPAC Nouveautés


 OPAC Nouveautés

Diego Maradona, le ballon d'or, est mort hier. Voir ou revoir les deux films disponibles dans les collections de films de la Médiathèque qui lui ont été consacrés est une façon de lui rendre hommage.

Vous pourrez également lire l'article sur son parcours dans le journal Le Monde en date du 25 novembre


OPAC Recherche Simple

 

OPAC Recherche Simple

 


OPAC Sélection de notices

Toute la sélection ici


OPAC Sélection de notices

 Toute la sélection ici

On continue nos sélections des pépites littéraires de la rentrée 2020 avec une catégorie  toute spéciale : les premiers romans. La rentrée littéraire est un moment particulier pour les jeunes auteurs, qui leur permet de se faire remarquer, et de lancer des carrières qui aboutissent...Ou non.
 

Voici nos coups de cœur parmi ces nouvelles plumes plus prometteuses les unes que les autres, avec des styles déjà bien marqués qui ne nous ont pas laissé indifférents !

 

Retrouvez notre première sélection autour des romans de langue française juste ici, et nous vous présenterons dans un prochain article les romans étrangers.

 
 
 

 

OPAC Recherche Simple

 

Résumé : Mauvaises herbes raconte l'histoire d'une enfant de 6 ans qui vit à Beyrouth en pleine guerre. Malgré les périls, la seule présence de son père suffit à la rassurer. Ce dernier lui transmet son amour des plantes mais lorsque le reste de la famille fuit le pays, il refuse de quitter sa terre. Arrivée à Paris à 12 ans, la jeune fille fuit la mélancolie en se réfugiant auprès des arbres et des fleurs, mais aussi en quête des mots justes. (source : Livreshebdo)

 

Notre avis : une enfant au Liban, pendant la guerre civile. Sa vie, entourée de son père, le "géant" qui la protège et lui apprend les plantes, échappatoires au conflit. Plus tard, c'est l'exil à Paris, avec sa mère et son frère, mais sans son père, fragile et angoissé. A Paris, jeune puis l'âge adulte, la narratrice s'éprouve en marge et en recherche de fondations. Un roman très émouvant sur la démolition que produit la guerre sur les esprits et les familles.

 

Et retrouvez sur notre catalogue toutes les nouveautés de la rentrée littéraire à emprunter...Sans modération !

OPAC Sélection de notices


OPAC Recherche Simple

 

Résumé : « Depuis qu’elle avait revu Mia, l’histoire de vengeance, non, de “rendre justice”, lui trottait dans la tête. On dit pas vengeance, lui avait dit Mia, c’est pas la même chose, là on se répare, on se rend justice parce que personne d’autre n’est disposé à le faire. Lucie n’avait pas été très convaincue par le choix de mot, mais ça ne changeait pas grand-chose. En écoutant ces récits dans son bureau, son cœur s’emballe, elle aurait envie de crier, de diffuser à toute heure dans le pays un message qui dirait On vous retrouvera. Chacun d’entre vous. On sonnera à vos portes, on viendra à votre travail, chez vos parents, même des années après, même lorsque vous nous aurez oubliées, on sera là et on vous détruira. »

 

Notre avis : un premier roman poignant et fort sur la sororité et la reconstruction face au viol.

 

Et retrouvez sur notre catalogue toutes les nouveautés de la rentrée littéraire à emprunter...Sans modération !

OPAC Sélection de notices


OPAC Recherche Simple

 

Résumé : "Je m’appelle Fatima Daas. Je suis la mazoziya, la petite dernière. Celle à laquelle on ne s’est pas préparé. Française d’origine algérienne. Musulmane pratiquante. Clichoise qui passe plus de trois heures par jour dans les transports. Une touriste. Une banlieusarde qui observe les comportements parisiens. Je suis une menteuse, une pécheresse. Adolescente, je suis une élève instable. Adulte, je suis hyper-inadaptée. J’écris des histoires pour éviter de vivre la mienne. J’ai fait quatre ans de thérapie. C’est ma plus longue relation. L’amour, c’était tabou à la maison, les marques de tendresse, la sexualité aussi. Je me croyais polyamoureuse. Lorsque Nina a débarqué dans ma vie, je ne savais plus du tout ce dont j’avais besoin et ce qu’il me manquait. Je m’appelle Fatima Daas. Je ne sais pas si je porte bien mon prénom."

 

Notre avis : Fatima, garçon manqué turbulent au collège mais surdouée, musulmane pratiquante mais amoureuse des femmes, banlieusarde et fascinée par Paris à la fois, femme qui veut être libre mais a peur en même de temps de blesser sa famille. L’histoire d’une jeune femme qui ne correspond pas aux cases dans laquelle on veut mettre les gens, une jeune vie faite de paradoxes, de questionnements, de doutes. C’est l’histoire d’une construction, de l’éclosion du talent, de la création, de la passion.

 

Et retrouvez sur notre catalogue toutes les nouveautés de la rentrée littéraire à emprunter...Sans modération !

OPAC Sélection de notices


OPAC Recherche Simple

 

Résumé : surmenée par son travail dans un milieu extrêmement compétitif et frustrée par les limites de son corps, Diane décide de subir une opération pour le moins mystérieuse censée décupler ses capacités cognitives et physiques. Une opération qui va peu peu la transformer de manière insoupçonnée et incontrôlable…

 

Notre avis : ce petit bijou est une fable animalière comique et tragique sur le transhumanisme. A la croisée du  documentaire animalier, du conte philosophique, du fantastique et du Nature writing, ce récit nous emmène jusqu’aux confins sauvage du Canada insulaire pour mieux nous ouvrir les yeux sur le monde contemporain.

 

Et retrouvez sur notre catalogue toutes les nouveautés de la rentrée littéraire à emprunter...Sans modération !

OPAC Sélection de notices


OPAC Recherche Simple

 

Résumé : après une nuit de violent orage, un homme voit toquer à la porte de sa maison de campagne Monsieur Sécaillat, le vieux paysan d’à-côté. Qu’est-ce qui a pu pousser ce voisin secret, bourru, généralement si avare de paroles, à venir jusqu’à lui ? L’homme lui apporte la réponse en le conduisant dans leur champ mitoyen : emporté par la pluie violente et la terre gorgée d’eau, un pan entier d’un ancien mur de pierres sèches s’est éboulé. Or, au milieu des décombres et de la glaise, surgissent par endroits de mystérieux éclats de poterie. Intrigués par leur découverte, les deux hommes vont décider de mener une fouille clandestine, sans se douter que cette décision va chambouler leur vie.

 

Notre avis : dans le Lubéron, un paysan découvre d'anciennes poteries traversées par une source d'eau. Avec son voisin, ils fouillent illégalement et mettent au jour une portion de site antique. L'histoire d'une amitié et d'un territoire, le Lubéron, marqué par la force des éléments, et porteur d'histoires. On est touché par cette amitié un peu incongrue et frappé par la force mystérieuse des légendes locales alliée à celle du vent, des eaux, du soleil...

 

Et retrouvez sur notre catalogue toutes les nouveautés de la rentrée littéraire à emprunter...Sans modération !

OPAC Sélection de notices


OPAC Recherche Simple

 

Résumé : l'histoire d'un père qui élève seul ses deux fils. Les années passent et les enfants grandissent. Ils choisissent ce qui a de l'importance à leurs yeux, ceux qu'ils sont en train de devenir. Ils agissent comme des hommes. Et pourtant, ce ne sont encore que des gosses.

 

Notre avis : être parent, c’est voir la vie qui passe au travers des enfants qui grandissent, qui s’émancipent petit à petit. C’est ce qui se passe doucement mais durement, dans ce roman. Le narrateur, ce père lorrain, homme droit, militant syndicaliste aux convictions ancrées, vit avec ses deux fils, l’ainé Frédéric, dit Fus, en rapport à sa grande pugnacité sur les terrains de foot, et Gillou, le cadet, plus discret, plus distant. Malgré la perte de la « moman », au bout de trois longues années de maladie, le lien entre le père et ses deux fils reste fort. Pourtant, les choses vont changer doucement mais sûrement quand Fus commence à trainer avec un groupe d’extrême droite. Le lien fusionnel avec son père se brise, et si Fus reste « un bon gosse », proche de son frère, soucieux de garder le contact avec son père, ce dernier n’arrive pas à faire semblant et c’est à ce glissement tout en retenue, tendresse, humanité que l’on va assister. Jusqu’au drame... Dans une économie de mots, mais les phrases portent, percutent, sans artifice ni caricature, qui rappelle ce que Marion Brunet avait fait avec L’été circulaire paru en 2018. Un drame qui se noue dans la France invisible, celle des petites gens...

 

Et retrouvez sur notre catalogue toutes les nouveautés de la rentrée littéraire à emprunter...Sans modération !

OPAC Sélection de notices


 

OPAC Recherche Simple

 

Résumé : un peu sorcière, un peu voyante, celle qu’on surnomme Mangeterre possède un don hors du commun qui implique une responsabilité immense : en avalant la terre qu’elles ont foulée, Mangeterre entrevoit, lors de douloureuses transes, le terrible sort des femmes brutalisées d’Argentine. Dès lors elle est face à un dilemme : doit-elle répondre à l’appel de la terre et tenter de sauver toutes ces femmes en détresse ? Car, très vite, des parents désespérés arrivent des quatre coins du pays pour l’implorer d’utiliser son don, et de retrouver leurs enfants disparues.

 

Notre avis : en Argentine, une jeune fille, "Mangeterre" possède le don exceptionnel de voir, en mangeant la terre sur laquelle elles ont marché, ce qu'il advient des femmes maltraitées. Un roman sur une sorcière – voyante, ses responsabilités, ses forces et ses vulnérabilités. Empreint de réalisme magique, il emporte le lecteur de bout en bout.

Les élection américaines continuent de nous tenir en haleine ! L'occasion de revenir sur le pouvoir politique, les élections et les différents présidents qui se sont succédés à la Maison blanche.

Belles (re)découvertes ! Et pour découvrir toute la sélection mise à jour, c'est par ici !

Et n'hésitez pas à aller faire un tour sur le site Autour du 1er mai et de son article La Vie politique des États-Unis racontée par les cinéastes

OPAC Sélection de notices

Depuis le 11 novembre 1920, l'Arc de triomphe abrite la Tombe du Soldat inconnu. L'occasion cent ans après de vous proposer une sélection de films (fictions et documentaires) sur la Première guerre mondiale. Belles découvertes !

 

OPAC Sélection de notices

 

Quelques bande-annonces :