2021 est l’année du 150ème anniversaire de la Commune de Paris. Cet événement historique est encore peu enseigné alors qu’il a laissé une empreinte très grande.

Le 18 mars 1871, Paris, écrasé par la défaite contre la Prusse et le siège de la ville, se révolte contre une Assemblée Nationale monarchiste. C’est dans ce contexte de défaite militaire et d’occupation, que la Commune  a été une tentative inédite d’instauration « d’une République démocratique et sociale » :

« L’assemblée parisienne élue le 26 mars 1871 a promu l’autonomie municipale, la séparation de l’Église et de l’État, la gratuité et la laïcité de l’enseignement, pour les filles comme pour les garçons. Elle a conforté l’idée de l’égalité femme-homme, ouvert l’accès aux responsabilités pour les étrangers au nom de la « République universelle ». Elle a affirmé le droit des catégories populaires à la culture et au « luxe communal ». Elle a poussé plus loin qu’en 1848 l’idée du droit au travail et d’un droit social. En bref, bien avant d’autres, au cœur d’une guerre civile atroce qui a fini par décimer ses partisans, la Commune de Paris a laissé entrevoir ce que pouvait être une politique publique de l’égalité, de la citoyenneté active et de l’émancipation individuelle et collective. » (Association Les Amies et Amis de la Commune de Paris 1871)

La Commune n’a duré que 72 jours. Elle fut violemment écrasée au cours de la « semaine sanglante » du 21 au 28 mai 1871.

La célébration des 150 ans de la Commune de Paris ravive des débats et montre combien cet épisode a marqué les consciences. 

 

 

2021 est l’année du 150ème anniversaire de la Commune de Paris. Cet événement historique est encore peu enseigné alors qu’il a laissé une empreinte très grande.

Le 18 mars 1871, Paris, écrasé par la défaite contre la Prusse et le siège de la ville, se révolte contre une Assemblée Nationale monarchiste. C’est dans ce contexte de défaite militaire et d’occupation, que la Commune  a été une tentative inédite d’instauration « d’une République démocratique et sociale » :

« L’assemblée parisienne élue le 26 mars 1871 a promu l’autonomie municipale, la séparation de l’Église et de l’État, la gratuité et la laïcité de l’enseignement, pour les filles comme pour les garçons. Elle a conforté l’idée de l’égalité femme-homme, ouvert l’accès aux responsabilités pour les étrangers au nom de la « République universelle ». Elle a affirmé le droit des catégories populaires à la culture et au « luxe communal ». Elle a poussé plus loin qu’en 1848 l’idée du droit au travail et d’un droit social. En bref, bien avant d’autres, au cœur d’une guerre civile atroce qui a fini par décimer ses partisans, la Commune de Paris a laissé entrevoir ce que pouvait être une politique publique de l’égalité, de la citoyenneté active et de l’émancipation individuelle et collective. » (Association Les Amies et Amis de la Commune de Paris 1871)

La Commune n’a duré que 72 jours. Elle fut violemment écrasée au cours de la « semaine sanglante » du 21 au 28 mai 1871.

La célébration des 150 ans de la Commune de Paris ravive des débats et montre combien cet épisode a marqué les consciences. 

 

 

L'Histoire

Le 150ème anniversaire de la Commune a donné lieu à de nombreuses publications qui reviennent sur l'histoire foisonnante de cet événement fondateur.

Nous apprécions particulièrement "Paris 1871, l'histoire en marche" qui propose 21 circuits pédestres dans chaque arrondissement.

 OPAC Sélection de notices

 

Pour accéder à la suite de la sélection, suivez ce lien

Communardes et Communards

L'histoire de la Commune a été beaucoup documentée par des témoignages directs.

Ces témoignages ont pu notamment mettre en avant le rôle des femmes, comme Louise Michel, Alix Payen, Elisabeth Dmitrieff, Nathale Le Mel... 

L'Union des femmes pour la Défense de Paris et les soins aux blessés, qui devient l'Union des femmes est créé le 11 avril 1871 : c'est le premier mouvement ouvertement féministe. Les femmes obtiennent la mise en place de l'égalité des salaires, organisent des ateliers autogérés, créent de nombreux clubs pour diffuser les idées de la Commune.

 OPAC Sélection de notices

 

 Pour accéder à la suite de la sélection, suivez ce lien

 

La Commune et après ?

Parmi les livres parus cette année, nous vous recommandons celui de l'historienne Ludivine Bantigny, "La Commune au présent, une correspondance par delà le temps".

L'historienne a choisi de s'adresser par lettres à des protagonistes de la Commune, en faisant des ponts entre passé et présent. Un livre singulier et émouvant.

"L’événement reste de par le monde une source d’inspiration, car il permet de réfléchir à l’émancipation, aux solidarités et aux communs. Il nous concerne toutes et tous, de manière plus brûlante que jamais, et demeure évocateur par les espoirs et les projets qu’il porte. Tant il est vrai que « la Commune n’est pas morte »." (éditeur)

 

Pour accéder à la sélection, suivez ce lien

La Commune dans la littérature et l'art

L'histoire de la Commune a inspiré des auteur-es de roman et de bande dessinée. Parmi elles, 3 séries à succès :

commune

 

Les Damnés de la Commune de R. Meyssan, Le cri du peule de J. Tardi, Les Communardes

Pour accéder à la suite de la sélection, suivez ce lien

 

Et retrouvez ci-dessous une vidéo d’ Hannelore Cayre, réalisée dans le cadre du Festival Hors Limites, dont le dernier roman Richesse oblige se passe en 1870-1871.

 

Commune et Musique

Des dizaines de chansons sont associées à la Commune de Paris qu’elles aient été composées avant, pendant ou après ses 72 jours d’existence.

On pense d’abord à L'Internationale, poème écrit par Eugène Pottier en 1871 à la gloire des travailleurs et dont la musique fut composée par Pierre Degeyter à Lille en 1888. Traduite dans de très nombreuses langues, cette chanson demeure le symbole des luttes sociales à travers le monde. La version russe d'Arkadi Iakovlevitch Kots fut l’hymne national de l’URSS jusqu'en 1944.

On pense également à l’emblématique Temps des cerises, dont les paroles ont été écrites par Jean-Baptiste Clément en 1866 et la musique composée par Antoine Renard en 1868. Moins guerrière que La Marseillaise, moins engagée que L'Internationale, cette chanson est devenue, après le massacre des Communards, le symbole de la Commune et des immenses espoirs qu'elle avait engendrés. Ses paroles peuvent aussi bien évoquer une révolution qui a échoué qu’un amour perdu. En 150 ans, elle a connu une kyrielle d’interprètes : Yves Montand, Tino Rossi, Charles Trenet, Cora Vaucaire, Mouloudji, Susy Delair, Colette Renard, Nana Mouskouri, Léo Ferré, Juliette Gréco, Joan Baez...


Citons aussi :

La Semaine sanglante, témoignage tragique de Clément évoquant les exactions commises par les Versaillais contre le peuple parisien avec toutefois une note d’espoir dans le refrain : « les mauvais jours finiront ! ».

Quand viendra-t-elle ?, texte de Pottier qui tout comme dans le Temps des Cerises, file la métaphore de l’attente douloureuse de la révolution dans une rencontre amoureuse qui semble ne jamais devoir arriver.

L’Insurgé également de Pottier qui serait un hommage à Auguste Blanqui, figure incontournable des luttes populaires du XIXème siècle mais qui n’a pas pu participer à la Commune puisqu’il a été emprisonné par Thiers le 17 mars 1871.

La Communarde, une reprise par Clément de l’un des airs les plus célèbres de la Révolution française, La Carmagnole, adaptée au contexte de la répression brutale de la Commune de Paris.

Pour le centième anniversaire de la Commune, Jean Ferrat écrira une chanson éponyme mettant à l’honneur les artisans et ouvriers parisiens, et leur « espoir mis en chantier ». En 1985, il rappellera dans Les Cerisiers sa fidélité aux idéaux de la révolution du temps des cerises.

Retrouvez toutes ces chansons et beaucoup d’autres dans nos playlists ci-dessous :

 

 

 
 

 

Et dans les rayons de la section musique de la Médiathèque

  OPAC Sélection de notices

 

Pour aller plus loin :

Les musiciens devant la Commune de Paris

Commune de Paris : la musique en exil

Musicopolis sur France musique

Pour accéder à la sélection suivez ce lien

La Commune et le cinéma

La Médiathèque possède 2 films russes de 1929 : "La Nouvelle Babylonne" sur la capitulation de 1870, réalisé par G. Kozintsev  et "La pipe du communard" réalisé par C. Mardjanov, dans lequel on suit l'insurrection et la chute des ouvriers parisiens à travers les yeux d'un petit garçon qui accompagne son père sur les barricades.

OPAC Sélection de notices

 

Pour accéder à la sélection suivez ce lien

Ressources numériques

Parmi les nombreuses ressources numériques, voici celles que nous vous conseillons :

- Le site d’une association de référence, Les Amies et Amis de la Commune qui développe d’importants dossiers thématiques.

Vous y trouverez aussi une application pour une promenade communarde au Père Lachaise 

 

L’institut de France recense des ressources, propose des articles et podcasts d’historiens.  

Vous trouverez aussi la lecture de l’Insurgé de Jules Vallès par le comédien Samir Siad.

Vallès qui fut aussi journaliste et élu de la Commune, y raconte ses combats politiques, ses idéaux, et ses questionnements intérieurs. 

 

- Gallica, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque Nationale de France a sélectionné des documents.

- Commun Patrimoine, une nouvelle source de documents sur la Commune :  la bibliothèque numérique du réseau des médiathèques de Plaine Commune est accessible depuis le 18 mars 2021. 

Les médiathèques de Plaine Commune ont numérisé leurs collections sur la Commune de Paris, en partenariat avec Gallica et la BNF. Commun Patrimoine rejoint ainsi le réseau des bibliothèques numériques, « Gallica marque blanche » 

Vous y trouverez notamment la copie manuscrite de plusieurs pages de La Commune de Louise Michel,  le dossier préparatoire du Tableau de Paris de Jules Vallès …

 

- France Culture a réalisé une série d’émission : « Cinq idées reçues sur la Commune »

 - Le journal Le Monde démarre une nouvelle série de vidéo sur Youtube, #Flashback​​ qui a pour ambition de "raconter ce qui se cache derrière les photos qui ont changé le monde". Le 1er numéro consacré à la Commune revient sur les montages photos de l'époque. C'est passionnant  

- Vous pouvez aussi suivre le site éphémère des manifestations

 

- Sur Arte, le film documentaire Les damnés de la Commune de Raphaël Meyssan d’après ses romans graphiques (éditions Delcourt).

Le film est visible du 16 mars au 21 mai 2021. R. Meyssan a travaillé 8 ans sur des archives pour écrire ses livres. Il utilise ici ses images et une voix off avec le récit du personnage de Victorine, dit par  Yolande Moreau.

Lesdamnés