Comment êtes-vous devenue autrice ? 

Par goût pour  les livres. Parce que je ne pouvais pas m’imaginer vivre en dehors des livres. Sans doute aussi, parce que j’ai une facilité à rêver et à me raconter des histoires. J’ai pourtant tourné autour du pot pendant des années, j’ai eu un autre métier, je me suis beaucoup cherchée. J’ai heureusement eu un déclic à un moment charnière de ma vie.

Pourquoi avez-vous fait le choix de vous adresser au jeune public ? 

Je n’ai pas du tout choisi d’écrire pour la jeunesse. Mes textes sont pour les enfants malgré moi. Et je trouve ça très bien de ne pas choisir, mais de faire et d’écrire ce qu’on ressent.

Avez-vous un auteur ou une autrice de référence ?

Rose Lagercrantz est une écrivaine dont je suis admirative. Cette autrice suédoise a écrit notamment Ma vie heureuse, un roman paru dans la collection Mouche de L’école des loisirs. J’aime tellement ses textes ! La petite héroïne Dunne  de Ma vie heureuse est une enfant rayonnante qui est animée par le bonheur. Pourtant, la vie ne l’a pas épargnée. Rose Lagercrantz, avec son regard si juste, réussit sans pathos à toucher et à rendre attachante son personnage.

Quelles sont vos sources d'inspirations ?

J’ai l’impression d’être une éponge. Je suis touchée par ce qui m’entoure et ce que je vis. Mais parfois, une photo, un seul mot agit comme un détonateur. La campagne est sans doute ce qui m’inspire le plus. Je ne suis pas une écrivaine de la ville.

En émois Anne CorteyComment naissent et se développent vos projets ?

Il n’y a pas de recette. Chaque projet naît différemment. Mais si j’entends à l’intérieur de moi une musique, un ton, je sens que je tiens quelque chose. Je prends des notes parce que j’ai besoin d’imprimer cette petite voix. Je peux ensuite laisser au repos ce début de projet pendant un moment pour le retrouver quand le projet est mûr dans ma tête.  

Un souhait à réaliser et / ou une envie de collaboration ? 

Continuer à faire des livres avec des personnes passionnantes. Continuer. Avoir des bonnes idées, parce que ça aide vraiment à vivre. Oui, vraiment et j’ai pu le constater ces dernières années. Même dans les pires moments, écrire, m’a permis de me sentir vivante et de ne pas flancher. Malgré toutes les difficultés et la précarité de ce métier, je me sens chanceuse.

Pouvez-vous nous dire un mot de vos projets en cours ? 

Je ne vous parlerai pas des projets que je suis en train d’écrire. Ils sont encore planqués dans mon jardin secret. Je peux par contre vous parler de mes livres à paraître cette année : une première collaboration avec mon amie Ghislaine Herbéra aux éditions A pas de loups ; une première aussi avec mon copain Olivier Latyk avec La très grand aventure, un album qui sortira chez Grasset jeunesse ; Et puis aussi un petit roman dans la collection Mouche de L’école des loisirs, illustré par Marion Barraud.

 On est un peu curieux, acceptez –vous de nous montrer votre bureau ? 

Une petite photo ? En période hivernale, comme en ce moment, j’abandonne mon bureau pour travailler devant le poêle à bois. Je range ma table de travail tous les soirs, parce que nous y mangeons. Du coup, mon bureau ressemble à un dépotoir, un grand mélange de factures, de carnets en cours, de maquettes imprimés, de textes à relire. Vous voulez vraiment une photo ?

AnneCortey

- Retrouvez sur le blog du comité ado, Jeune et je lis, le portrait de lectrice d'Anne Cortey.

- Et une chronique sur roman jeunesse "En émois

 

OPAC Sélection de notices