C'est au restaurant Le Drouant, situé dans le 2ème arrondissement de Paris, que le Prix Goncourt 2020 sera remis. Le plus prestigieux des prix littéraires est attribué chaque année au début du mois de novembre.

Depuis 1903, la remise de ce prix rythme la rentrée littéraire en France, mais que savez-vous exactement des romans cachés derrière ce prix ? 

Voici quelques éléments de réponses !

 

- Les Goncourt, ce sont deux frères, Edmond (1822-1896) et Jules (1830-1870), deux écrivains français du XIXe siècle qui tinrent un journal à quatre mains dont vous pouvez encore trouver trois volumes dans nos collections. Ce journal qui fut célèbre pour son côté "langue de vipère" reste un témoignage sans égal sur la scène littéraire de la seconde moitié du XIXe siècle.

- Le prix Goncourt récompense un·e auteur·e d'expression française. Il a été crée par le testament d'Edmond de Goncourt en 1892. L' Académie Goncourt, est fondée en 1902. John-Antoine Nau sera le premier auteur récompensé en 1903 pour son roman Force ennemie publié aux éditions de La Plume.

- Si la dotation du prix n'a pas de quoi faire rêver (un chèque symbolique de 10 euros), c'est par son effet sur les chiffres de vente que l'auteur (et l'éditeur) est récompensé (en plus de la récompense symbolique !).

- Le prix Goncourt 2019 a été remis à Jean-Paul Dubois pour son roman Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon publié aux Editions de L'Olivier.

- Le plus ancien prix Goncourt disponible à la Médiathèque est, sans surprise, A l'ombre des jeunes filles en fleurs, de Marcel Proust récompensé en 1919. Une attribution qui fit scandale à l'époque dans les salons littéraires qui  lui auraient préféré Roland Dorgelès et son roman "Les croix de bois", comme nous le raconte Thierry Laget dans son ouvrage Proust, prix Goncourt : une émeute littéraire, paru chez Gallimard en 2019.

Elsa Triolet- Comme nous l'a rappelé une de nos fidèles lectrices, Elsa Triolet fut la première femme à obtenir le prix Goncourt en 1944 pour son recueil de nouvelles, Le premier accroc coûte deux cents francs (phrase qui annonçait le débarquement en Provence) écrit sous le pseudonyme de Laurent Daniel, en hommage à Laurent et Danielle Casanova déportée à Auschwitz. Ce texte, qu'elle publie en 1943 aux éditions de Minuit, alors qu'elle est entrée en clandestinité avec son mari Louis Aragon, sera complété par trois autres nouvelles et obtiendra en 1945 le prix Goncourt, au titre de l'année 1944. Cette année est le 50e anniversaire de la mort d'Elsa Triolet. Même si nous n'avons pas (plus ?) ce roman, vous pouvez retrouver d'autres ouvrages d'Elsa Triolet dans nos collections en cliquant ici !

- Les Goncourt, ce sont aussi des auteurs qui sont venus à la Médiathèque : Nicolas Mathieu en 2019, aux côtés de Marion Brunet, est venu nous parler de Leurs enfants après eux dans le cadre du festival Hors Limites. Laurent Gaudé, récompensé en 2004 pour Le Soleil des Scorta est venu toujours dans le cadre du Festival Hors Limites en 2016 pour parler de la littérature de l'exil !

- Nous avons aussi, parmi nos lecteurs inscrits à la Médiathèque, un Goncourt dont nous tairons le nom par discrétion...

- Les prix Goncourt, ce sont des romans adaptés au cinéma : Capitaine Conan, écrit par Roger Vercel prix Goncourt 1934 et adapté par Bertrand Tavernier en 1986 ; Pierre Lemaitre, prix Goncourt 2018 pour Au revoir là-haut, adapté par Albert Dupontel ; Week-end à Zuydcoote, le roman de Robert Merle récompensé en 1949 et adapté par Henri Verneuil ; Léon Morin, prêtre, le livre de Béatrice Beck, Goncourt 1952 adapté par Jean-Pierre Melville ; L'Amant, Goncourt 1984 écrit par Marguerite Duras et adapté par Jean-Jacques Anaud ; Chanson douce, le prix Goncourt 2016 de Leïla Slimani adapté en 2019 par Lucie Borleteau.

- Le prix Goncourt, c'est aussi l'impossibilité théorique de voir ce prix attribué deux fois au même auteur et pourtant Romain Gary sera doublement récompensé, la première fois en 1956 avec Les Racines du ciel, et la seconde fois en 1975 avec La vie devant soi, mais sous le pseudonyme d'Emile Ajar !

- Refuser son prix Goncourt, c'est ce qu'a fait Julien Gracq en 1951 pour Le Rivage des Syrtes, paru aux éditions Corti.

"J'avais pris, il y a plus d'un an, résolument parti contre les jurys littéraires. Je reconnais aussi très volontiers qu'il y a parmi eux certains suffrages qu'aucun écrivain n'a le droit de récuser sans une intolérable grossièreté.

Mais ceci dit, je ne puis, comme je l'ai indiqué clairement, faire autrement que refuser le prix qui m'est décerné."

- Le prix Goncourt reste en grand majorité un prix masculin ! Il aurait couronné 9,5% de femmes depuis sa création en 1904 ! Depuis 2010, seules 2 femmes ont été couronnées : Lydie Salvayre pour son roman Pas pleurer en 2014 et Leïla Slimani en 2017 pour Chanson douce. Que nous réserve 2020 ? Le prix Femina sera créé en 1904 par vingt-deux collaboratrices du magazine La Vie heureuse, afin de constituer une contre-proposition au prix Goncourt ! Une sélection à venir bientôt sur ce site !

- Il existe aussi un prix Goncourt des lycéens crée en 1988 avec la bienveillance de l’Académie Goncourt. Il est organisé par la Fnac et le ministère de l'Éducation nationale, et le jury est constitué d'environ 2 000 élèves. En comparaison avec son ainé, le Goncourt des lycéns a récompensé depuis 2010 quatre femmes pour cinq hommes. Son jury serait-il plus représentatif ? Obtiendra-t-on la parité avec le cru 2020 ?

Au-delà de ces anecdotes, il reste des romans, que vous aimerez ou détesterez ! Partez à la découverte de ces livres avec notre sélection ci-dessous !

Bonnes (re-)découvertes !

 

C'est au restaurant Le Drouant, situé dans le 2ème arrondissement de Paris, que le Prix Goncourt 2020 sera remis. Le plus prestigieux des prix littéraires est attribué chaque année au début du mois de novembre.

Depuis 1903, la remise de ce prix rythme la rentrée littéraire en France, mais que savez-vous exactement des romans cachés derrière ce prix ? 

Voici quelques éléments de réponses !

 

- Les Goncourt, ce sont deux frères, Edmond (1822-1896) et Jules (1830-1870), deux écrivains français du XIXe siècle qui tinrent un journal à quatre mains dont vous pouvez encore trouver trois volumes dans nos collections. Ce journal qui fut célèbre pour son côté "langue de vipère" reste un témoignage sans égal sur la scène littéraire de la seconde moitié du XIXe siècle.

- Le prix Goncourt récompense un·e auteur·e d'expression française. Il a été crée par le testament d'Edmond de Goncourt en 1892. L' Académie Goncourt, est fondée en 1902. John-Antoine Nau sera le premier auteur récompensé en 1903 pour son roman Force ennemie publié aux éditions de La Plume.

- Si la dotation du prix n'a pas de quoi faire rêver (un chèque symbolique de 10 euros), c'est par son effet sur les chiffres de vente que l'auteur (et l'éditeur) est récompensé (en plus de la récompense symbolique !).

- Le prix Goncourt 2019 a été remis à Jean-Paul Dubois pour son roman Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon publié aux Editions de L'Olivier.

- Le plus ancien prix Goncourt disponible à la Médiathèque est, sans surprise, A l'ombre des jeunes filles en fleurs, de Marcel Proust récompensé en 1919. Une attribution qui fit scandale à l'époque dans les salons littéraires qui  lui auraient préféré Roland Dorgelès et son roman "Les croix de bois", comme nous le raconte Thierry Laget dans son ouvrage Proust, prix Goncourt : une émeute littéraire, paru chez Gallimard en 2019.

Elsa Triolet- Comme nous l'a rappelé une de nos fidèles lectrices, Elsa Triolet fut la première femme à obtenir le prix Goncourt en 1944 pour son recueil de nouvelles, Le premier accroc coûte deux cents francs (phrase qui annonçait le débarquement en Provence) écrit sous le pseudonyme de Laurent Daniel, en hommage à Laurent et Danielle Casanova déportée à Auschwitz. Ce texte, qu'elle publie en 1943 aux éditions de Minuit, alors qu'elle est entrée en clandestinité avec son mari Louis Aragon, sera complété par trois autres nouvelles et obtiendra en 1945 le prix Goncourt, au titre de l'année 1944. Cette année est le 50e anniversaire de la mort d'Elsa Triolet. Même si nous n'avons pas (plus ?) ce roman, vous pouvez retrouver d'autres ouvrages d'Elsa Triolet dans nos collections en cliquant ici !

- Les Goncourt, ce sont aussi des auteurs qui sont venus à la Médiathèque : Nicolas Mathieu en 2019, aux côtés de Marion Brunet, est venu nous parler de Leurs enfants après eux dans le cadre du festival Hors Limites. Laurent Gaudé, récompensé en 2004 pour Le Soleil des Scorta est venu toujours dans le cadre du Festival Hors Limites en 2016 pour parler de la littérature de l'exil !

- Nous avons aussi, parmi nos lecteurs inscrits à la Médiathèque, un Goncourt dont nous tairons le nom par discrétion...

- Les prix Goncourt, ce sont des romans adaptés au cinéma : Capitaine Conan, écrit par Roger Vercel prix Goncourt 1934 et adapté par Bertrand Tavernier en 1986 ; Pierre Lemaitre, prix Goncourt 2018 pour Au revoir là-haut, adapté par Albert Dupontel ; Week-end à Zuydcoote, le roman de Robert Merle récompensé en 1949 et adapté par Henri Verneuil ; Léon Morin, prêtre, le livre de Béatrice Beck, Goncourt 1952 adapté par Jean-Pierre Melville ; L'Amant, Goncourt 1984 écrit par Marguerite Duras et adapté par Jean-Jacques Anaud ; Chanson douce, le prix Goncourt 2016 de Leïla Slimani adapté en 2019 par Lucie Borleteau.

- Le prix Goncourt, c'est aussi l'impossibilité théorique de voir ce prix attribué deux fois au même auteur et pourtant Romain Gary sera doublement récompensé, la première fois en 1956 avec Les Racines du ciel, et la seconde fois en 1975 avec La vie devant soi, mais sous le pseudonyme d'Emile Ajar !

- Refuser son prix Goncourt, c'est ce qu'a fait Julien Gracq en 1951 pour Le Rivage des Syrtes, paru aux éditions Corti.

"J'avais pris, il y a plus d'un an, résolument parti contre les jurys littéraires. Je reconnais aussi très volontiers qu'il y a parmi eux certains suffrages qu'aucun écrivain n'a le droit de récuser sans une intolérable grossièreté.

Mais ceci dit, je ne puis, comme je l'ai indiqué clairement, faire autrement que refuser le prix qui m'est décerné."

- Le prix Goncourt reste en grand majorité un prix masculin ! Il aurait couronné 9,5% de femmes depuis sa création en 1904 ! Depuis 2010, seules 2 femmes ont été couronnées : Lydie Salvayre pour son roman Pas pleurer en 2014 et Leïla Slimani en 2017 pour Chanson douce. Que nous réserve 2020 ? Le prix Femina sera créé en 1904 par vingt-deux collaboratrices du magazine La Vie heureuse, afin de constituer une contre-proposition au prix Goncourt ! Une sélection à venir bientôt sur ce site !

- Il existe aussi un prix Goncourt des lycéens crée en 1988 avec la bienveillance de l’Académie Goncourt. Il est organisé par la Fnac et le ministère de l'Éducation nationale, et le jury est constitué d'environ 2 000 élèves. En comparaison avec son ainé, le Goncourt des lycéns a récompensé depuis 2010 quatre femmes pour cinq hommes. Son jury serait-il plus représentatif ? Obtiendra-t-on la parité avec le cru 2020 ?

Au-delà de ces anecdotes, il reste des romans, que vous aimerez ou détesterez ! Partez à la découverte de ces livres avec notre sélection ci-dessous !

Bonnes (re-)découvertes !

 

Les Prix Goncourt disponibles à la Médiathèque

 OPAC Sélection de notices

 

Retrouvez la sélection complète ici !

Les prix Goncourt à écouter

 

OPAC Sélection de notices

 

Les Goncourt adaptés au cinéma

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Goncourt des lycéens

 OPAC Sélection de notices