Il y a toujours un moment où le jury se retrouve devant une table pour décider des gagnants et où on se demande si tout le monde ne peut pas gagner la première place... Mais nous avions promis des gagnants, les voici et avec eux les résultats pour le vote du public !

Nous avons reçu plein de très beaux dessins pour le concours de dessin BD 2020 ! Vous pouvez dès maintenant les admirer et voter pour vos dessins préférés dans chaque catégorie jusqu'au 19 décembre. Pour voir chaque dessin plus près, vous pouvez cliquer dessus.

 

Invité d'honneur de Traits et Bulles 2020 et accueilli en résidence à la Médiathèque dans le cadre d’Écrivain·e·s en Seine-Saint-Denis, programme porté par le Département de la Seine-Saint-Denis, Isao Moutte a accepté de se prêter au jeu des questions et des réponses pour se présenter.

 

Eprouver la différence sociale, de « réussite », affective… et par suite la solitude est l’un des thèmes récurrents des romans de cette rentrée.

La différence… ce peut être la solitude et le désert affectif dans un monde où la vie amoureuse est valorisée (Le cœur synthétique, Chloé Delaume) ; la culture, l ‘émancipation et l’affection d’une famille bourgeoise à l'inverse de l’insupportable tante et de la modestie du milieu qui étouffent et effraient (Les évasions particulières, Véronique Olmi, Un jour ce sera vide, Hugo Lindenberg) ; le retard d’apprentissage d’un enfant dans une famille où règne le culte de la performance et de la réussite (Un enlèvement, François Bégaudeau) ou encore le changement de sexe de son père, pour un adolescent (Mon père, ma mère, mes tremblements de terre, Julien Dufresne-Lamy)…

La rencontre de deux êtres « différents » peut cependant les conduire à évoluer, à se construire et à grandir (Les aérostats, Amélie Nothomb).

Les romans de la médiathèque : 

Sécurité. Pour accéder au portail de votre bibliothèque, merci de confirmer que vous n'êtes pas un robot en cliquant ici.

 

Enfin, les œuvres de la rentrée littéraire font l'objet de nombreux autres thèmes, parmi lesquels :

 

-> la nature, le monde rural, le vivant 

Sécurité. Pour accéder au portail de votre bibliothèque, merci de confirmer que vous n'êtes pas un robot en cliquant ici.

 

-> les fantômes du passé

Passé

 

Sécurité. Pour accéder au portail de votre bibliothèque, merci de confirmer que vous n'êtes pas un robot en cliquant ici.

 

 

-> la politique et les mouvements sociaux, dans une veine réaliste...

 

Politique

 

 

Sécurité. Pour accéder au portail de votre bibliothèque, merci de confirmer que vous n'êtes pas un robot en cliquant ici.

 

-> ...ou dystopique 

Sécurité. Pour accéder au portail de votre bibliothèque, merci de confirmer que vous n'êtes pas un robot en cliquant ici.

 

-> l'art

 

Art art. complet

 

Sécurité. Pour accéder au portail de votre bibliothèque, merci de confirmer que vous n'êtes pas un robot en cliquant ici.

 

-> le sens de la vie

 

Sens de la vie

 

Sécurité. Pour accéder au portail de votre bibliothèque, merci de confirmer que vous n'êtes pas un robot en cliquant ici.

 

 -> ...et enfin la mort, réelle ou spirituelle...

 

La mort

 

 

Sécurité. Pour accéder au portail de votre bibliothèque, merci de confirmer que vous n'êtes pas un robot en cliquant ici.

 

La famille ! Sujet littéraire par excellence, il ne manque pas à l’appel dans les romans de la rentrée.

La famille ébréchée, voire disloquée ; c’et sous cet angle difficile que sont écrit Ce qu’il faut de nuit (Laurent Petitmangin) mettant en scène un père seul avec ses enfants et Du côté des Indiens (Isabelle Carré) où Ziad, dix ans, intervient dans la vie de couple de ses parents. La difficulté, voire la douleur d’assurer le rôle parental sont au cœur d’Histoire du fils (Marie-Hélène Lafon) et Les fluides (Alice Moine).

Le sujet de la famille ouvre aussi sur celui de la recherche des origines et/ou de la découverte d’un passé secret ou ignoré (La cuillère, Dany Héricourt, Une rose seule, Muriel Barbery).

La famille parfaite n’existe pas, même les Legendre ont un petit dernier qui résiste au modèle de la performance (Un enlèvement, François Bégaudeau).

Au final, les manières de former un couple, de vivre sa vie amoureuse d’être parents, sont multiples, comme Sandra, Alexandre et Alba l’illustrent dans L’intimité (Alice Ferney).  

Et peut-être la famille heureuse n’est-elle pas une utopie, du moins La République du bonheur (Ito Ogawa) nous le fait croire.

A la médiathèque : 

Sécurité. Pour accéder au portail de votre bibliothèque, merci de confirmer que vous n'êtes pas un robot en cliquant ici.