Retrouvez la liste des bandes dessinées et mangas pour le mois de janvier 2020 dans cette sélection à feuilleter sur Calaméo.

Pour réserver un livre de cette liste, connectez-vous à votre compte lecteur avec votre n° de carte ou votre adresse mail. Le mot de passe par défaut est votre date de naissance (jjmmaaaa).

Bonnes découvertes !

 

 

 

 

Retrouvez toutes nos bandes dessinées ici

Retrouvez la liste des bandes dessinées et mangas pour le mois de juillet dans cette sélection à feuilleter sur Calaméo.

Pour réserver un livre de cette liste, connectez-vous à votre compte lecteur avec votre n° de carte ou votre adresse mail. Le mot de passe par défaut est votre date de naissance (jjmmaaaa).

Bonnes découvertes !

Retrouvez toutes nos bandes dessinées ici

Retrouvez la liste des derniers romans romans policiers, romans de science-fiction, fantastique, fantasy dans cette sélection à feuilleter sur Calaméo.

Pour réserver un livre de cette liste, connectez-vous à votre compte lecteur avec votre n° de carte ou votre adresse mail. Le mot de passe par défaut est votre date de naissance (jjmmaaaa).

Bonnes découvertes !

 
 

Retrouvez la liste des derniers romans, essais et mémoires dans cette sélection à feuilleter sur Calaméo.

Pour réserver un livre de cette liste, connectez-vous à votre compte lecteur avec votre n° de carte ou votre adresse mail. Le mot de passe par défaut est votre date de naissance (jjmmaaaa).

Bonnes découvertes !

Le roman policier à la sauce nordique a toujours le vent en poupe ! Pour preuve, notre sélection Nordik est passée de 48 pages début 2011 à 88 pages aujourd’hui (06/2016) consacrées uniquement à la littérature policière scandinave !! Et pour cette dernière édition, l’accent a été mis sur l’effet "série" et les personnages récurrents des enquêtes policières !

 

Le polar nordique, c’est d’abord Maj Sjöwall et Per Walhöö, considérés comme les pionniers du genre policier scandinave, puis, plus tard, mais progressivement, est apparu le nom d’Henning Mankell (malheureusement décédé en 2015) et de son taciturne inspecteur de police Kurt Wallander, encore un auteur suédois. Dans sa foulée, on a découvert Gunnar Staalesen, avec son privé Varg Veum, un best seller norvégien ; Ake Edwardson, suédois et inventeur du commissaire Eric Winter, dont les aventures, curieusement, viennent de se terminer en même temps que celles de Kurt Wallander. Mais aussi Karin Fossum (Norvège), Anne Holt, l’ancienne ministre de la justice norvégienne, Matti Yrjana Joensuu, le finlandais et son inspecteur Timo Harjunpää qui fait partie des cette génération de policiers désabusés, fatigués mais toujours humanistes...

 

Avant le phénomène Stieg Larsson, l’auteur qui n’aura jamais connu le succès de sa trilogie Millénium, il y eu la découverte en 2005 de l’islandais Arnaldur Indridason, celui qui n’a de cesse, avec son commissaire Erlendur, de raconter ce que les islandais vivent au quotidien, dans un pays "schizophrène, tiraillé entre son apparence et sa réalité". On connait depuis Jon Hallur Stefansson, désigné comme l’héritier d’Indridason.

 

Stieg Larsson donc, auteur mort prématurément, œuvre multi-adaptée, (le livre, la série, les films) au cœur d’une bien triste histoire d’héritage pour un hypothétique et peu probable volume 4, aura donc relancé la "mode" du polar nordique et lancé la collection Actes Noirs de chez Actes Sud, dont le visuel est maintenant synonyme de polar scandinave (voir la couverture du Magazine Littéraire spécial littérature nordique, par exemple...). C’est dans cette collection que l’on voit arriver une nouvelle best-seller suédoise : Camilla Läckberg et son héroïne Erica Falck.

 

Dans le sillage de ces écrivains médiatisés, il existe de nombreux autres écrivains moins connus mais qui participent activement au succès du polar made in Scandinavie :

 

Quelques ouvrages à la limite des genres policier ou littérature "blanche" comme l’excellent Smilla et l’amour de la neige, de Peter Hoeg, certains romans à l’humour bien noir d’Arto Paasilina, l’étrange Condor de Stig Holmas ou plus récemment Noir océan de l’islandais Stefan Mani.

 

Dans un registre plus noir, Leif Davidsen écrit des romans à la limite de l’espionnage, Karin Alvtegen, la petite nièce d’Astrid Lindgren (Fifi Brindacier) nous propose une série de romans à suspense, Asa Larsson nous invite à une terrifiante Horreur boréale, Leif G.W. Persson, criminologue de profession, ira même jusqu’à reprendre l’enquête sur le meurtre d’Olof Palme, premier ministre suédois assassiné en 1986.

 

Enfin, dans un genre purement policier, n’oubliez pas les enquêtes souvent exotiques d’Harry Hole, l’inspecteur alcoolique vedette de Jo Nesbo. Kjell Eriksson propose lui de suivre l’inspectrice Ann Lindell pour des enquêtes policières qui se limitent à la région d’Uppsala, en Suède. Hakan Nesser a quant à lui créé de toutes pièces la ville imaginaire de Maardam, qui aurait près de 300 000 habitants, pour nous inviter à suivre l’équipe d’enquêteurs locale, placé sous la figure tutélaire de leur ancien chef, le commissaire Van Veeteren.

 

Il y a évidemment bien d’autres auteurs que vous pouvez découvrir dans la sélection Nordik ci-dessous, notamment avec les nouveaux venus (ou nouveaux traduits) comme Jussi Adler-Olsen, Aevar Orn Josepsson, Monica Kristensen, Fredrik Ekelund, Viveca Sten, Inger Wolf, Mina Lindgren et ses petits vieux, Stefan Ahnhem...

 

Bonne lecture !

 

La sélection à feuilleter

 

 


 

+ voir toute la sélectionOPAC Sélection de notices


 OPAC Sélection de notices

+ voir toute la sélection


 OPAC Sélection de notices

+ voir toute la sélection


 OPAC Sélection de notices

+ voir toute la sélection


 OPAC Sélection de notices

+ voir toute la sélection

 

Une sélection de romans policiers : Allemagne, Autriche, Suisse [Janvier 2015]

Le kriminalroman, ou plus simplement krimi, c’est le roman policier en version allemande.

De plus en plus d’ouvrages sont aujourd’hui traduits, avec une variété de romans qui reflète bien la nouvelle diversité du polar de langue allemande.

Voici donc une sélection des romans policiers germanophones (allemands mais aussi suisses ou autrichiens) disponibles à la Médiathèque de Bagnolet.

« Original et souvent d’une grande qualité littéraire, le krimi, qui compte plus d’une centaine d’auteurs, la plupart inédits en France, n’a pas fini de nous surprendre. »

Claude Mesplède (Dictionnaire des Littératures Policières. Ed. Joseph K, 2007)

Vous pouvez aussi consulter l’article "Les Teutons flingueurs" paru en 2013 sur le site du Nouvel Obs.

A noter la parution en avril 2014 de Krimi : une anthologie du récit policier sous le 3ème Reich paru aux éditions Anacharsis.

 

Pour plus de confort visuel, lisez ce guide en mode plein écran. Bonnes découvertes et bonnes lectures !

 

OPAC Sélection de notices

 

+ Voir toute la sélection

Une sélection de la Médiathèque de Bagnolet [Décembre 2011]

 

Partie 1 : Introduction et carte Google

 

Le terme giallo (littéralement « jaune ») est le nom utilisé en Italie pour désigner le roman policier. Il tire son origine de la collection "Libri Gialli" (les livres jaunes), une collection de romans policiers des éditions Mondadori créée en 1929.

Le nombre d’auteurs noirs italiens a explosé au milieu des années 2000 avant d’être plus ou moins éclipsée par la vague nordique. A l’heure où l’Italie traverse une crise politique et économique d’envergure, le polar reste une manière de jeter un regard souvent noir et cynique sur la société italienne.

Petit tour d’horizon donc de l’ensemble de la production policière italienne loin d’être uniforme comme nous l’expliquait déjà en 2002 Gérard Meudal pour Le Monde :

"Qu’y a-t-il de commun entre La Peur, de Laura Grimaldi, empreint de l’atmosphère oppressante d’un huis clos familial, et Le Respect, de Beppe Ferrandino, où un privé napolitain se retrouve aux prises avec les camoristes ? Entre les romans de Massimo Carlotto ou de Cesare Battisti, inspirés par les années de plomb, et l’enquête de Nino Filasto sur l’affaire des faux Modigliani (La Nuit des roses noires) ?

Tout au plus peut-on relever des tendances : la volonté de rendre compte des particularités régionales tout en évitant le folklore (la Sardaigne de Fois, la Sicile de Camilleri) et le courage d’affronter les périodes tourmentées de l’histoire nationale, de Mussolini aux Brigades rouges. Alors, les discussions sur le jaune, le noir, le thriller, le roman de procédure, le gothique rural ou les jeunes cannibales sont sans objet. Il est remarquable que de nombreux auteurs passent volontiers du fantastique au roman noir, de la science- fiction à l’intrigue historique, brassant allégrement les genres pour nous en faire voir de toutes les couleurs et insuffler une vitalité nouvelle à la littérature italienne."

Avant de vous proposer une bibliographie, voici une petite carte Google dans laquelle vous retrouverez les villes dans lesquelles se passent une sélection de romans noirs italiens : une carte idéale pour choisir votre prochaine destination de voyage...

 

 

Partie 2 : Histoire et sélection thématique

 

En 1929 apparaît la plus célèbre des collections policières italiennes : « Libri gialli » (les livres jaunes), créée par l’éditeur milanais Mondadori. Le succès de cette collection à la couverture jaune donnera le néologisme Giallo qui définit le genre policier en Italie.

 Les origines

Le véritable essor de la littérature policière italienne commence assez tardivement. « Si à partir de la seconde moitié du XIXe siècle la littérature populaire est bien présente, notamment le roman d’aventure, son développement connaît les limites d’une unification nationale tardive. » nous indique Claude Mesplède dans son Dictionnaire des Littératures Policières. « C’est pourquoi le roman policier fera son apparition avec un certain retard et que longtemps, l’Italie restera une terre de conquête pour les auteurs étrangers, surtout anglo-saxons et français. » poursuit-il.

 La période fasciste

Le fascisme favorise les écrivains italiens en imposant des quotas d’auteurs transalpins dans chaque collection mais il impose aussi des contraintes de plus en plus drastiques. En effet, la censure fasciste veille à ce qu’aucune histoire criminelle ne se déroule en Italie. Puis en 1937, le ministère de la Culture Populaire exige que les criminels soient des étrangers, qu’ils ne se suicident pas pour que justice soit rendue. Finalement, en 1941, toute production de romans policiers « nocifs pour la jeunesse » est interdite.

 L’après-guerre

A la fin de la guerre, l’éditeur Mondadori créée une nouvelle collection spécialisée « Giallo Mondadori ». Un grand nombre d’auteurs anglo-saxons interdits sous l’ère fasciste y seront édités, au détriment des italiens. Ainsi, entre 1946 et 1965, Giallo Mondadori publie 537 polars américains, 162 polars britanniques et… 12 auteurs italiens.

Le renouveau du polar italien intervient dans les années 60 avec Giorgio Scerbanenco. Ses quatre romans du cycle Duca Lamberti restent un véritable monument au milieu de l’abondante production de l’auteur. On notera aussi le sicilien Leonardo Sciascia et la dénonciation de la mafia. Dans les années 70/80, des auteurs comme Fruttero et Lucentini, Laura Grimaldi, Loriano Macchiavelli ou Renato Olivieri connaissent un succès populaire, à la fois en Italie et à l’étranger. Macchiavelli et son célèbre brigadier Sarti Antonio connaîtront même une adaptation télévisée à grand succès.

En 1982, Oreste del Buono, nouveau directeur de la collection « il Giallo Mondadori » lance le prix Alberto Tedeschi couronnant le meilleur polar italien. Loriano Macchiavelli, ou plus tard, Carlo Lucarelli et Nino Filasto seront ainsi récompensés.

 Le renouveau des années 90

Dans les années 90, sous l’impulsion de Macchiavelli, est créé le groupe 13 dans lequel on retrouve de nouveaux auteurs comme Marcello Fois ou Carlo Lucarelli. Leur projet : faire vivre et enrichir la littérature policière italienne. Ce groupe constitue une étape identitaire importante pour le polar italien. Moins policiers mais plus noirs, les récits collent plus à la réalité et on y trouve une critique sociale plus présente.

Cette génération noire est décrite par Sandrone Dazieri (auteur et directeur alors de la collection "Il Giallo Mondadori en 2004 : « Il s’agit de nouveaux écrivains qui veulent raconter leur pays, des mystères, des événements, un point de vue non officiel avec un certain côté social. Il y a une empreinte fortement sociale déclinée sur divers modes. Il y a celui qui est plus littéraire, comme Marcello Fois, celui qui sait parfaitement comment fonctionne la police, comme Carlo Lucarelli, celui qui invente des ballades métropolitaines et joue avec les calembours comme Andrea Pinketts, celui qui parle de la criminalité comme Massimo Carlotto et celui qui est issu des centres sociaux comme moi . »

 Deux phénomènes :

Étonnamment, l’auteur phare du polar italien de ces dernières années n’est pas incarné par le plus jeunes des écrivains. Andrea Camilleri, né en 1925 et décédé en juillet 2019, est arrivé dans le polar en 1994. Il est devenu en quelques années une véritable institution en Italie. Il accède à la notoriété grâce au personnage de Salvo Montalbano, commissaire singulier, colérique et bon vivant. Chaque enquête est un succès. Une adaptation télé à est réalisée.

Enfin et même s’il ne s’agit pas d’un roman policier, il faut mentionner « Gomorra. Dans l’empire de la camorra » de Roberto Saviano. Saviano a enquêté pendant plusieurs années sur les activités de la Camorra, l’organisation criminelle qui règne sur Naples et toute la Campanie, ce qui lui vaut de vivre aujourd’hui sous protection policière.

En conclusion, le jaune italien n’existe pas. Il existe beaucoup de jaunes italiens, de divers niveaux littéraires. C’est ce que nous vous proposons de découvrir avec « Giallissimo ; le roman noir et policier à l’italienne » : une sélection de romans disponibles à la Médiathèque de Bagnolet.

 


Ils ont écrit des romans policiers qui se passent en Italie mais ils ne sont pas Italiens !!

L’incontournable Donna Leon, née en 1942, américaine, et les enquêtes vénitiennes du commissaire Brunetti.

Nicolas Remin, auteur allemand né en 1948 : le commissaire Tron enquête lui aussi à Venise mais dans les années 1860.

Magdalena Nabb (1947-2007) : Florence (dont elle est tombée amoureuse) et ses mystères pour des polars à l’atmosphère sombre. L’adjudant Guarnaccia enquête.

Michael Dibdin (1947-2007), auteur britannique. Son commissaire Aurelio Zen parcourt l’Italie au fil de ses enquêtes.

Veit Heinichen est un auteur allemand né en 1957. Il situe ses enquêtes dans la ville de Trieste avec le commissaire Laurenti.

Gilda Piersanti, née en Italie en 1957 et vivant à Paris depuis plus de 20 ans situe la plus part de ses romans à Rome.

Conor Fitzgerald est un romancier anglais né en 1964 qui vit actuellement à Rome. Il inaugure avec Kompromat une série dont le héros est le commissaire Blume, un personnage atypique, complexe et attachant, écartelé entre son pays d’adoption (l’Italie) et ses origines américaines.


OPAC Sélection de notices

 

Voir toute la sélection

Cette sélection de romans policiers vous propose de découvrir 13 auteures qui interrogent chacune à leur manière la place des femmes dans nos sociétés : les françaises Hannelore Cayre, Sophie Loubière, Cloé Mehdi et Anne Bourrel ; la sud-africaine Marli Roode ; les américaines Megan Abbott, Amy Stewart et Lori Roy ; l’indienne Kishwar Desai, les canadiennes Andrée A. Michaud et Emily St John Mandel ; la japonaise Kanaé Minato ; et l’anglaise Cathy Unsworth !