De la plage à la piscine, ou la flaque sur le trottoir, il n'y a qu'un pas ! Sautons à pieds joints dans la littérature de jeunesse qui parfois frileuse d'enfiler son maillot de bain est toujours prompte à chausser ses bottes de caoutchouc, parcourir 7 ou 8 lieues et découvrir des univers fantaisistes, minimalistes ou grandioses, quitte à s'y trouver soi-même !OPAC Sélection de notices

Halloween approche... Sorcières, fantômes et autres créatures effrayantes vont faire leur apparition. Vous réfléchissez déjà à votre tenue et vous rêvez à votre future récolte de bonbons ?

Vous n'êtes pas les seuls, pour bien des enfants, l'événement principal de la fête d'Halloween est constitué par la chasse aux bonbons. Savez-vous d'ailleurs que les petits anglophones crient « Trick or treat ! » ( farce ou friandise ) aux portes des maisons?  En France et en Belgique, on a coutume de dire :« Des bonbons ou un sort ! ». Alors qu'au Québec, les enfants crient « Bonbons s'il-vous-plaît ! ».

Cette tradition du porte-à-porte pour réclamer des sucreries existe depuis longtemps déjà au Royaume-Uni et en Irlande. Les enfants et les pauvres chantaient et récitaient des prières contre des soul cakes (gâteaux de l'âme). Aux États-Unis et dans les pays du Commonwealth, le trick-or-treating est une tradition depuis les années 1930.

En attendant Halloween, et si on se mettait dans l'ambiance avec quelques romans effrayants ? Des histoires pour frissonner, un peu, beaucoup, passionnément. A retrouver dans votre Médiathèque préférée!

 

OPAC Sélection de notices

 

 

 

 

 

 

 

 

Egérie du Saint-Germain-des-Prés de l’après-guerre, cette icône de la chanson française avait inspiré les plus grands auteurs, Sartre, Queneau, Vian ou encore Gainsbourg. Elle triompha aussi au cinéma sous la direction d’illustres réalisateurs (Preminger, Huston, King, Fleischer, Litvak, Renoir, Duvivier, Melville, Cayatte…) et à la télévision dans le feuilleton Belphégor (1965)

Pour en savoir plus :

RFI

France culture

Le Monde

Des photos

Libération

Des vidéos

INA

Best of

 

 OPAC Sélection de notices

 

 

Depuis plusieurs mois, l'instabilité politique, la crise économique, les soulèvements de la population à Beyrouth et plus récemment, l’explosion d’un stock de nitrate d'ammonium dans la zone portuaire de la capitale ont conduit le Liban sur le devant de la scène internationale.

L’occasion de (re)découvrir la littérature contemporaine de ce pays façonné par une histoire complexe et caractérisé à la fois par le multiculturalisme et par le communautarisme.

La guerre (1975-1990) a levé les interdits et ouvert le champ à la narration ; elle a donné naissance au roman moderne libanais, marqué par une liberté de ton, une crudité contrastant avec la police et le lyrisme du roman « classique ».

De nombreux livres se font le miroir et la mémoire de la guerre : l'immeuble de Mathilde de Hassan Daoud (1998), microcosme de la société libanaise et de ses communautés, Poste restante, Beyrouth ? de Hanan El-Cheikh (1995), où la narratrice fait part de ses doutes et de ses interrogations (faut-il quitter Beyrouth?), Ville à vif de Imane Humaydane-Younes (2004), portrait de quatre femmes qui réagissent différemment face au conflit, et plus récemment Mauvaises herbes de Dima Abdallah (2020), retraçant l'enfance de la narratrice pendant la guerre, l'exil en France, la séparation d'avec son père, colosse aux pieds d'argile et le traumatisme qui s'en est suivi. Sous un angle singulier, La pierre du rire d' Hoda Barakat traite la question de l'homosexualité dans le pays en guerre : qui est l'ennemi ?

le jeu des hirondelles

Le conflit a également affermi la voix des femmes autrices : Zeina Abirached, en bandes-dessinées, Hoda Barakat, Yasmine Char, Hanan El-Cheikh, Imane Humaydane, Alawyia Sobh, Hyam Yared...ont vécu la guerre dans leur jeunesse ou dans leur enfance, ou ne l'ont mêle pas connu.

Les femmes deviennent aussi les sujets centraux des textes : dans Le cimetière des rêves (2000), recueil de nouvelles de Hanan El-Cheikh, composition des portraits de femmes arabes indépendantes ou dans le Livre des Reines de Joumana Haddad (2019), quatre femmes s'opposent à la fatalité, au Moyen-Orient. Sous la tonnelle de Hyam Yared (2009) rapporte les souvenirs d'une grand-mère décédée ; femme généreuse et frondeuse, veuve très tôt, refusant, pendant le conflit, de quitter sa maison située sur la ligne de démarcation entre Beyrouth Est et Beyrouth Ouest. Plus récemment, Cinquante grammes de paradis d’Imane Humaydane (2017) retrace l’enquête menée par Maya, à partir d’un sac abandonné dans un immeuble en ruine, sur Noura, sa propriétaire, journaliste syrienne amoureuse d’un stambouliote. Cette enquête, marquée par la domination patriarcale et le joug confessionnel, bouleverse la vie de Maya.

Enfin, la rigidité de la société libanaise traditionnelle, du patriarcat et de ses communautés, apparaît en filigrane dans plusieurs romans et fait l'objet d'une critique explicite, par exemple dans Fais voir tes jambes, Leïla, (2006) de Rachid El Daïf, où le fils se fait contempteur de son père, qui prend ses libertés ; ou dans Mariam ou le passé décomposé (2007) d'Alawyia Sobh, retraçant l'histoire d'une famille marquée par la violence de l'oppression masculine.

Ces romans contemporains, pour la plupart écrits en arabe (et en anglais), sont publiés en France par quelques maisons d'édition exploratrices de ce champ littéraire du Moyen-Orient : Actes Sud (collections Mondes arabes), principalement, mais aussi Sabine Wespieser, Gallimard (collection Du monde entier), Verticales, les Escales...

Pour en savoir plus : Table ronde avec Hoda Barakat, Charif Majdalani, Jabbour Douaihy et Elias Khoury, animée par Gérad Meudal au LIFE - Base sous-marine de Saint-Nazaire. 13 novembre 2014.

 

 

Notre sélection de romans contemporains libanais, disponibles à la médiathèque :

 OPAC Sélection de notices

 

Retour en haut de page

Prenez garde aux petits bruits qui peuvent venir de derrière votre porte, évitez de laisser traîner une tronçonneuse dans votre salon, pensez à garder un œil ouvert pendant votre sommeil et si une vieille Plymouth Fury 58 vous fait de l’œil, changez de trottoir... Halloween nous donne le prétexte de ressortir quelques romans de nos collections, dont certains titres ou auteurs vous seront sûrement familiers, ne serait-ce que par les films issus de ces angoissants récits.

Classiques ou textes plus récents, plongez dans cette sélection déconseillée aux cœurs sensibles...

 

OPAC Sélection de notices
 

Retrouvez la sélection complète ici !

 

 

Présentation du mouvement

Le mouvement Black lives matter ("les vies noires comptent") est né en 2013, en réaction à l’acquittement du meurtrier de Trayvon Martin, jeune noir, en Floride. Alicia Garza, Patrisse Cullors et Opal Tometi, militantes de la cause noire, appellent à partager des récits sur la vie des noirs sur des comptes dédiés sur les réseaux Tumblr et Twitter.
Le slogan, repris lors de manifestations, se répand rapidement.


Les trois femmes créent ce mouvement, héritier du Black Power et des droits civiques, avec une forte visée inclusive, apolitique et non-religieuse. Le plan « Une Vision pour les Vies Noires : Revendications Politiques pour le Pouvoir, la Liberté et la Justice Noirs » (2016) porte sur six demandes :
- « Mettre fin à la guerre contre les personnes noires.
- Des réparations pour les torts passés et présents.
- Un désinvestissement des institutions qui criminalisent, emprisonnent et font du mal aux personnes noires ; et investissement dans l'éducation, la santé et la sécurité des personnes noires.
- La justice économique pour tous et reconstruction de l'économie pour assurer à nos communautés la propriété commune, et non le simple accès.
- Le contrôle communautaire des lois, institutions et politiques qui nous affectent le plus.
- Un pouvoir noir indépendant et une autodétermination noire dans tous les domaines de la société.»

Avec le meurtre d’Eric Garner (New-York, 2014), ceux de Michael Brown (Ferguson, Missouri, 2014), puis de Jonathan Ferrel, John Crawford, Ezell Ford, Walter Scott, Freddie Gray, Sandra Bland, et plus récemment celui de George Floyd (Minneapolis, Minnesota) et les violences policières contre Jacob Blake (Kenosha, Wisconsin), le mouvement Black lives matter prend une forte ampleur.

Le slogan s'étend hors des frontières nord-américaines.


Cette bibliographie porte strictement sur des documents de fiction, bandes-dessinées, romans, films, qui ont pour thème principal la vie des noirs, à différentes époques de l’histoire - de l’esclavagisme à l’époque contemporaine, en passant bien sûr par la période ségrégationniste- principalement aux Etats-Unis, mais aussi dans d’autres pays (Afrique du Sud).


Sources : Wikipédia - Le Monde - Site Web du mouvement: https://blacklivesmatter.com/

 

 

Film sur l'histoire du mouvement Black lives matter (en anglais)

 

Podcast France Culture : le mouvement des droits civiques aux Etats-Unis

Retour en haut de page

 

 

 

Le roman policier à la sauce nordique a toujours le vent en poupe ! Pour preuve, notre sélection Nordik est passée de 48 pages début 2011 à 88 pages aujourd’hui (06/2016) consacrées uniquement à la littérature policière scandinave !! Et pour cette dernière édition, l’accent a été mis sur l’effet "série" et les personnages récurrents des enquêtes policières !

 

Le polar nordique, c’est d’abord Maj Sjöwall et Per Walhöö, considérés comme les pionniers du genre policier scandinave, puis, plus tard, mais progressivement, est apparu le nom d’Henning Mankell (malheureusement décédé en 2015) et de son taciturne inspecteur de police Kurt Wallander, encore un auteur suédois. Dans sa foulée, on a découvert Gunnar Staalesen, avec son privé Varg Veum, un best seller norvégien ; Ake Edwardson, suédois et inventeur du commissaire Eric Winter, dont les aventures, curieusement, viennent de se terminer en même temps que celles de Kurt Wallander. Mais aussi Karin Fossum (Norvège), Anne Holt, l’ancienne ministre de la justice norvégienne, Matti Yrjana Joensuu, le finlandais et son inspecteur Timo Harjunpää qui fait partie des cette génération de policiers désabusés, fatigués mais toujours humanistes...

 

Avant le phénomène Stieg Larsson, l’auteur qui n’aura jamais connu le succès de sa trilogie Millénium, il y eu la découverte en 2005 de l’islandais Arnaldur Indridason, celui qui n’a de cesse, avec son commissaire Erlendur, de raconter ce que les islandais vivent au quotidien, dans un pays "schizophrène, tiraillé entre son apparence et sa réalité". On connait depuis Jon Hallur Stefansson, désigné comme l’héritier d’Indridason.

 

Stieg Larsson donc, auteur mort prématurément, œuvre multi-adaptée, (le livre, la série, les films) au cœur d’une bien triste histoire d’héritage pour un hypothétique et peu probable volume 4, aura donc relancé la "mode" du polar nordique et lancé la collection Actes Noirs de chez Actes Sud, dont le visuel est maintenant synonyme de polar scandinave (voir la couverture du Magazine Littéraire spécial littérature nordique, par exemple...). C’est dans cette collection que l’on voit arriver une nouvelle best-seller suédoise : Camilla Läckberg et son héroïne Erica Falck.

 

Dans le sillage de ces écrivains médiatisés, il existe de nombreux autres écrivains moins connus mais qui participent activement au succès du polar made in Scandinavie :

 

Quelques ouvrages à la limite des genres policier ou littérature "blanche" comme l’excellent Smilla et l’amour de la neige, de Peter Hoeg, certains romans à l’humour bien noir d’Arto Paasilina, l’étrange Condor de Stig Holmas ou plus récemment Noir océan de l’islandais Stefan Mani.

 

Dans un registre plus noir, Leif Davidsen écrit des romans à la limite de l’espionnage, Karin Alvtegen, la petite nièce d’Astrid Lindgren (Fifi Brindacier) nous propose une série de romans à suspense, Asa Larsson nous invite à une terrifiante Horreur boréale, Leif G.W. Persson, criminologue de profession, ira même jusqu’à reprendre l’enquête sur le meurtre d’Olof Palme, premier ministre suédois assassiné en 1986.

 

Enfin, dans un genre purement policier, n’oubliez pas les enquêtes souvent exotiques d’Harry Hole, l’inspecteur alcoolique vedette de Jo Nesbo. Kjell Eriksson propose lui de suivre l’inspectrice Ann Lindell pour des enquêtes policières qui se limitent à la région d’Uppsala, en Suède. Hakan Nesser a quant à lui créé de toutes pièces la ville imaginaire de Maardam, qui aurait près de 300 000 habitants, pour nous inviter à suivre l’équipe d’enquêteurs locale, placé sous la figure tutélaire de leur ancien chef, le commissaire Van Veeteren.

 

Il y a évidemment bien d’autres auteurs que vous pouvez découvrir dans la sélection Nordik ci-dessous, notamment avec les nouveaux venus (ou nouveaux traduits) comme Jussi Adler-Olsen, Aevar Orn Josepsson, Monica Kristensen, Fredrik Ekelund, Viveca Sten, Inger Wolf, Mina Lindgren et ses petits vieux, Stefan Ahnhem...

 

Bonne lecture !

 

La sélection à feuilleter

 

 


 

+ voir toute la sélectionOPAC Sélection de notices


 OPAC Sélection de notices

+ voir toute la sélection


 OPAC Sélection de notices

+ voir toute la sélection


 OPAC Sélection de notices

+ voir toute la sélection


 OPAC Sélection de notices

+ voir toute la sélection